/sports/football
Navigation

Randy Chevrier à la retraite

Randy Chevrier
Photo d'archives Randy Chevrier

Coup d'oeil sur cet article

Le joueur de football québécois Randy Chevrier a annoncé sa retraite sportive, mardi.

«J’ai été choyé de jouer au football professionnel pendant 16 ans, a indiqué Chevrier, dans un communiqué publié sur le site web des Stampeders de Calgary. À chaque coéquipier avec qui j’ai joué, j’espère que je t’ai traité comme un frère. J’ai tellement d’amour et de respect pour chacun de mes coéquipiers.»

Spécialiste des longues remises, l’athlète natif de Montréal a souvent été dans l’ombre au cours de sa carrière. Chevrier a pourtant pris part à 13 matchs dans la NFL en 2001, soit huit avec les Cowboys de Dallas et cinq avec les Bengals de Cincinnati.

Le Québécois de 41 ans a ensuite surtout œuvré dans la Ligue canadienne de football (LCF), majoritairement avec les Stampeders.

«À la magnifique ville qu’est Calgary, aux Stampeders et aux partisans, je vous remercie sincèrement pour tout, a poursuivi Chevrier. Je suis vraiment honoré de pouvoir appeler cet endroit, ma maison.»

Trois fois champion de la Coupe Grey

Chevrier a disputé 11 campagnes avec les Stampeders, de 2005 à 2015, participant ainsi à 178 matchs de la saison régulière. Il a remporté deux fois la Coupe Grey avec le club de Calgary, en 2008 et 2014.

Le Montréalais avait gagné un premier championnat de la LCF, en 2003, avec les Eskimos d’Edmonton. Chevrier a conclu sa carrière avec trois parties dans l’uniforme des Roughriders de la Saskatchewan, en 2016.

«Merci aux Eskimos, aux Stampeders et aux Roughriders d’avoir procuré à un gars de Montréal des souvenirs impérissables ici dans l’Ouest», a aussi noté Chevrier.

À Montréal, Chevrier avait fait ses classes à l’Université McGill. Il avait précédemment porté les couleurs des Cougars de Saint-Léonard, sous la gouverne de Danny Maciocia.

Chevrier n’a jamais caché qu’il aurait aimé porter les couleurs des Alouettes. Certaines rumeurs l’avaient d’ailleurs envoyé avec le club montréalais à l’époque où Don Matthews était l’entraîneur, mais le tout ne s’est jamais concrétisé.