/news/society
Navigation

Microvillages: Jimmy Carter est passé par là

Avant de devenir président des États-Unis, il a séjourné dans ce village qui compte aujourd’hui huit âmes

routhierville petites villes
Photo Karyne Boudreau L’aubergiste André Bélaieff, l’artiste-peintre Catherine Perdreau avec son conjoint et gérant, Philippe Tanguay, ont quitté de la région de Montréal pour s’installer à Routhierville.

Coup d'oeil sur cet article

ROUTHIERVILLE | Un village du Bas-Saint-Laurent qui abrite seulement huit citoyens peut se vanter d’avoir déjà accueilli Jimmy Carter, avant qu’il ne devienne président des États-Unis.

Derrière un pont couvert qui enjambe la rivière Matapédia, trois anciens citoyens de la région de Montréal se sont installés pour accueillir les touristes dans leur auberge et leur galerie d’art.

À six kilomètres plus au sud habitent les cinq membres de la dernière famille pionnière de Routhierville qui y est depuis toujours. Les deux groupes ne se côtoient pas vraiment.

La pêche aux saumons sur la rivière Matapédia attire plusieurs touristes dans ce coin et c’est notamment ce qui a incité Philippe Tanguay et son épouse, l’artiste-peintre Catherine Perdreau, à s’y installer en 1999. Le couple y tient une galerie d’art.

Un peu plus loin, l’autre résident de ce secteur de Routhierville a construit de ses mains une auberge offrant une vue imprenable sur la rivière. Après plus de 35 ans dans le domaine des arts de la scène et du tournage de films dans la région de Montréal, André Belaieff accueille chaque année, depuis 2011, entre 200 et 300 villégiateurs, surtout des pêcheurs.

C’est aussi lui qui entretient avec son véhicule tout-terrain l’unique kilomètre de route asphaltée sur laquelle habite le couple Perdreau-Tanguay.

De 1930 à 1970, Routhierville a vu sa population grimper jusqu’à une centaine de personnes. Une ancienne gare et une vieille chapelle toujours debout font foi de cette époque révolue.

« Avant d’être président des États-Unis, Jimmy Carter a débarqué à cette gare et a séjourné dans notre maison. Je crois que c’était dans les années 1950-1960 », raconte Philippe Tanguay, qui ignore cependant la raison de la visite de l’ancien politicien.

Lucien Lepage a toujours vécu à Routhierville.
Photo Karyne Boudreau
Lucien Lepage a toujours vécu à Routhierville.

Une Famille de pionniers

Plus au sud, on atteint un îlot d’habitations où résident cinq personnes, dont Lucien Lepage, né à cet endroit en 1943. M. Lepage a toujours habité sur le rang A de Routhierville. Il y vit avec ses deux sœurs malades, son neveu et la conjointe de celui-ci.

Le père de Lucien Lepage est venu de Matane en 1935 pour fonder sa famille dans l’arrière-pays de Routhierville. « Il y avait une dizaine de familles, dans le temps. On allait à l’école un peu plus bas. Il y avait même un dépanneur dans le rang, entre ici et le village. Mais l’église était au village », se souvient M. Lepage qui, malgré son âge, entretient toujours les bâtiments de la ferme familiale tout en veillant sur sa famille.

Les villes et les services à « proximité »

  • Sainte-Florence (dépanneur) à 12 km
  • Causapscal (épicerie, essence, incendie, CLSC) à 24 km
  • Amqui (hôpital) à 43 km
  • Nombre de rues : une seule rue, asphaltée sur moins de 1 km
  • Au village : un couple et un célibataire
  • À 6 km au sud, hameau de cinq habitations où résident à l’année un couple et trois célibataires retraités