/sports/baseball
Navigation

La deuxième vie de Phillippe Aumont

La deuxième vie de Phillippe Aumont
Photo Agence QMI, PIERRE BLAIS

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - Phillippe Aumont avait tout lâché. Il y a un peu plus d’un an, cet ancien choix de premier tour du baseball majeur n’aimait plus la balle. Puis, un an loin des losanges l’a convaincu de tenter sa chance, une dernière fois, pour atteindre le rêve ultime des majeures. Comble de plaisir, il le fait chez lui, près de l’Outaouais, et ses proches peuvent venir le voir jouer à volonté.

«Mes chums viennent voir les matchs, ils crient dans les estrades et j’aime ça!», a expliqué le grand droitier, rencontré au lendemain de son départ face à Karl Gélinas au Stade Canac. «Ils pensent que je ne les entends pas, mais je les entends pas mal, et ça fait partie de mon plaisir à recommencer le baseball», a-t-il avoué explicitement, mercredi.

Bien sûr, le retour au baseball, après une si longue pause, ne se fait pas tout seul. Certaines soirées se déroulent bien, par exemple son match sans point ni coup sûr la semaine dernière, d’autres moins, par exemple mardi soir, où il a accordé une tonne de points aux Capitales.

«Au final, il faut trouver l’équilibre. Hier est passé, je ne peux rien changer à part de trouver ce qui a cloché et tenter de le corriger la prochaine fois. J’y vais vraiment au jour le jour, avec sérieux, mais pas trop. Avant, j’étais probablement trop sérieux, je me mettais trop de pression», a avoué le Gatinois de 28 ans.

Objectif: majeures

Devant un homme aussi zen, on peut se demander si le but n’est plus que de s’amuser, sans penser à retourner vers les plus hauts sommets.

«Si le téléphone sonne, je vais écouter. L’objectif est de retourner dans les majeures, mais ça ne veut pas dire que je vais accepter la première offre. Pour le moment, je fais la saison à Ottawa, et j’écouterai ensuite», a- t-il expliqué, imageant en disant qu’il n’attend pas l’appel du baseball majeur impatiemment en regardant son téléphone chaque jour.

Une chose est certaine, l’arrivée de Phillippe Aumont dans la Canam fait réagir. Son entraîneur Hal Lanier affirme qu’il n’a pas tout chambardé en arrivant avec les Champions, mais que partout où il passe, il suscite l’intérêt, ce qui est bon pour la Ligue.

«Et c’est plaisant d’être l’entraîneur d’un joueur aussi talentueux que lui», a avoué le vieux routier, sourire en coin.