/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Céline Dion, le python et la pitoune

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des derniers jours, Céline Dion a fait parler d’elle autant pour ses vêtements que pour son absence de vêtements. Autant pour son manteau de python que pour sa pose de pitoune.

Récemment, quand j’ai écrit dans Le Journal que Céline Dion semblait être perdue et ne plus savoir qui elle était, je me suis fait reprocher d’avoir été trop dure avec elle. Depuis, elle a porté une salopette en cuir et des lunettes de Minion, un manteau en peau de serpent avec pas de pantalons en dessous ; elle a fait une danse érotique sur scène... et posé en habit d’Ève pour Vogue. Mais noooooon, Céline ne se cherche pas, voyons.

Donne-moi ta bouche

Il s’est écrit un tas de choses sur la photo « révélatrice » de Céline. Une chroniqueuse du Toronto Star est même allée jusqu’à écrire : « Qu’elle en ait eu l’intention ou non, c’était un geste féministe radical ». Heu pardon ?

Premièrement, on va régler une chose, Céline Dion n’est pas nue sur cette photo. On ne voit rien. Elle cache toutes les parties importantes avec ses mains et ses jambes, et porte un chiffon sur son ventre. On est loin d’Eugenie Bouchard seins à l’air ou de Serena Williams enceinte jusqu’aux oreilles.

Deuxièmement, poser sans vêtements, c’est LE truc le plus usé dans le Livre du Show Business. C’est plus rapide de faire la liste des femmes qui n’ont pas posé nues que de faire la liste de celles qui l’ont fait. Il n’y a plus rien là de provocateur, d’osé ou d’audacieux.

Ce qui est plus troublant, c’est la danse lascive que Céline Dion a exécutée pendant la chanson Le ballet lors de sa tournée européenne. Cette danse a beaucoup fait jaser quand une première captation amateur a circulé. Mais sur une deuxième vidéo, on voit clairement Céline, de face, qui s’ouvre carrément l’entrejambe au-devant de la scène. Malaise. Céline va-t-elle porter des brassières pointues comme Madonna ou se sortir la langue et se caresser comme Miley Cyrus ?

La chanson Le Ballet a été composée par Jean-Jacques Goldman sur l’album D’Eux. C’est une chanson brillante sur le ballet érotique qui unit deux partenaires sexuels. « Un regard quand elle se penche et laisse deviner un sein, Elle sait déjà ses mains, les contours de sa bouche, Le cambré de ses reins, qu’elle a noté en douce. »

Bref, alors que la chanson de Goldman était tout en finesse, la chorégraphie est premier degré et souligné au crayon gras, avec ce partenaire qui se déhanche le pelvis comme un danseur du Club 281. Ne blâmons pas Céline, mais plutôt la personne qui a chorégraphié ce pas de deux qui n’a rien de sexy.

Ce n’est pas une question d’être prude. Mais on se demande ce que Céline cherche à prouver (à elle-même ou à son public) avec ces mises en scène. On voit mal une artiste établie comme Barbra Streisand s’écarter les jambes sur scène.

Céline qui s’écarte les jambes à quelques pouces des spectateurs des premiers rangs c’est aussi incongru que si Éric Lapointe faisait des pubs pour le lait. Bien sûr, elle a le droit, mais on ne s’attendait pas à ça du personnage, mettons.

Céline n’a vraiment pas besoin de ça.