/travel/destinations
Navigation

Source de splendeurs

Le lac Moraine se veut 
un véritable paysage de 
carte postale
Photo courtoisie, Corey Myke Le lac Moraine se veut un véritable paysage de carte postale

Coup d'oeil sur cet article

LAKE LOUISE, Alberta | En 1883, trois cheminots découvrent des sources thermales au pied du mont Sulphur. Ils sont loin de se douter de la portée de leur trouvaille, car, deux ans plus tard, ce secteur devient le premier parc national au pays.

Aujourd’hui, le parc de Banff, campé au cœur des Rocheuses canadiennes, attire annuellement des millions de visiteurs venus du monde entier pour découvrir ses attraits naturels. À son entrée, son plus grand plan d’eau, le lac Minnewanka, et la ville de Banff nous servent d’accueil.

Ensuite, plutôt que de reprendre la voie principale, plus achalandée, empruntez la promenade parallèle de la Vallée-de-la-Bow, plus ­pittoresque. Le canyon Johnston vaut un long arrêt pour marcher jusqu’à ses chutes inférieures et supérieures.

La faune est au rendez-vous 
dans le parc de Banff.
Photo courtoisie, Travel Alberta
La faune est au rendez-vous dans le parc de Banff.

 

Lacs électrisants

La prochaine pause se classe parmi les joyaux du parc, le lac Louise. D’un côté, l’imposant hôtel de la chaîne Fairmont et, de l’autre, le glacier du mont Victoria, qui mérite pleinement son titre d’endroit le plus photographié des Rocheuses.

Que ce soit en canot ou à pied, poussez votre curiosité plus loin. La ­randonnée vers le lac Agnes mène vers ­l’embranchement pour le mont Little Beehive, qui offre une vue plongeante sur le lac. Les plus hardis pourront opter pour le mont Fairview depuis le col Saddleback.

Une dizaine de kilomètres plus loin en voiture, le lac Moraine n’est pas en reste avec ses eaux d’un bleu électrique ­saisissant. Un sentier facile le longe du côté ouest, question de saisir toute sa beauté, qui a d’ailleurs déjà figuré sur les anciens billets de vingt dollars canadiens.

Le lac Moraine se veut 
un véritable paysage de 
carte postale
Photo courtoisie, Paul Zizka

 

Glace au menu

La route principale change ­maintenant de nom pour la promenade des Glaciers. Le lac Herbert vaut un cliché avec le mont Temple et les autres pics se reflétant dans ses eaux.

Le lac Peyto mérite 
un long arrêt.
Photo courtoisie, Paul Zizka, Banff & Lake Louise Tourism
Le lac Peyto mérite un long arrêt.

 

Une trentaine de kilomètres plus loin se trouve le belvédère du glacier Crowfoot, nommé ainsi car il ­recensait à l’origine trois langues de glace ­ressemblant au pied d’un corbeau. Il a depuis perdu un « orteil », mais n’en demeure pas moins intéressant avec le lac Bow à sa base.

Le lac Peyto se classe aussi parmi les plans d’eau exceptionnels du parc. Une courte marche mène jusqu’à sa ­plateforme d’observation. Pour de meilleures vues, sans les foules, poussez l’effort sur trois kilomètres additionnels, jusqu’au sommet Bow.

La promenade de la Vallée-de-la-Bow 
côtoie des paysages à couper le souffle.
Photo courtoisie, Paul Zizka, Banff & Lake Louise Tourism
La promenade de la Vallée-de-la-Bow côtoie des paysages à couper le souffle.

 

Le lac Peyto mérite 
un long arrêt.
Photo courtoisie, Paul Zizka, Banff & Lake Louise Tourism
Le lac Peyto mérite un long arrêt.

 

Parmi les autres points d’intérêt, notons, dans l’ordre, le canyon ­Mistaya, l’aire du ruisseau Coleman, où des chèvres de montagne sont souvent juchées sur les rochers, les chutes de la Muraille en pleurs et la randonnée le long du chaînon Parkers jusqu’au glacier Saskatchewan.

Repères Jasper

Accès : Le parc de Banff se trouve à 128 km à l’ouest de Calgary par l’autoroute 1, aussi nommée ­Transcanadienne.

Conseil : Pour apprécier à sa pleine valeur le lac Louise et les paysages environnants, allez-y avant 10 h ou après 19 h. Sinon, attendez-vous à des foules monstres et quelques coups de coude dans les côtes ou de lentilles de caméra sur les tempes.

Bon à savoir : La route du lac Moraine est ouverte seulement de la mi-mai à la mi-octobre.

Hébergement : Plus de 2500 emplacements, dont certains comprennent tout l’équipement nécessaire, sont répartis sur treize terrains de camping. Le coût pour une nuitée varie de 15,70 $ pour un site à l’état naturel à 38,20 $ pour un site avec trois services. Malgré ce grand nombre, réservez tôt, surtout en été.

Sécurité : Évitez de nourrir les animaux sauvages et de laisser des aliments ou déchets à l’extérieur des tentes ou roulottes. Garez aussi votre véhicule hors de la route de façon sécuritaire pour la prise de photos.

Références : www.pc.gc.ca/fr/pn-np/ab/banff