/finance/news
Navigation

Hausse des taux hypothécaires: faire les bons choix

Property Market Rising
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs propriétaires d’immeubles à revenus et de maisons craignent les augmentations des taux hypothécaires comme celle de cette semaine. Voici cinq scénarios qui pourront rassurer plusieurs épargnants.

1. Une première maison

Depuis quelques mois, Julien et Mathilde épargnent afin de s’acheter une première maison. Cependant, la récente annonce de la hausse du taux directeur leur fait craindre qu’ils ne puissent pas se qualifier auprès de la banque.

Mon conseil : Avant que la hausse se concrétise dans toutes les banques, Julien et Mathilde ont encore la chance de faire préapprouver un prêt à taux avantageux auprès d’une institution financière. L’augmentation récente ne devrait pas affecter leur qualification pour une nouvelle hypothèque.

2. Taux fixe ou taux variable ?

Luc possède une maison qui sera libre d’hypothèques dans 15 ans. Puisque plusieurs analystes prévoient d’éventuelles hausses des taux hypothécaires, Luc se demande s’il devrait conserver son taux variable.

Mon conseil : À moins d’être restreint par un budget très serré, je recommande à Luc de conserver son taux variable.

Plusieurs études ont démontré qu’il est historiquement plus avantageux de conserver un taux variable plutôt qu’un taux fixe. Même si on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve, il est probable qu’une année marquée par un haut taux soit suivie par plusieurs années à faibles taux d’intérêt comme nous avons eu depuis 2010.

3. 1 an ou 5 ans ?

Mathieu et Julie sont un jeune couple dans la vingtaine. Ils devront bientôt renouveler l’hypothèque de leur condo, mais ils hésitent entre un terme d’un an ou de cinq ans.

Mon conseil : Mathieu et Julie espèrent fonder une famille dans les prochaines années et souhaiteront par conséquent opter pour un domicile plus spacieux. Ils auraient tout intérêt à opter pour un terme d’un an à trois ans, ce qui leur permettra d’acquérir une première maison sans subir les pénalités d’un bris d’hypothèque.

4. Augmenter son capital

Lorsqu’ils ont acheté leur maison il y a trois ans, Michel et Sophie ont établi le plan de match suivant : ils allaient investir le plus gros montant possible dans leur hypothèque, afin d’éventuellement se servir de l’équité pour investir dans un triplex. Or, une hausse des taux hypothécaires ralentira légèrement leurs ardeurs, et repoussera l’aboutissement de leur objectif.

Mon conseil : Dans ce cas-ci, Michel et Sophie devraient se servir d’une marge de crédit hypothécaire afin de payer les intérêts de leur hypothèque, ce qui leur permettra d’augmenter leur capital au rythme souhaité et ainsi pouvoir économiser encore plus.

5. Rentabiliser son logement locatif

Jacques possède un triplex qu’il a acquis il y a cinq ans au coût de 500 000 $. Il craint que la hausse des taux hypothécaires nuise à la rentabilité de son immeuble.

Mon conseil : À moins d’avoir payé trop cher l’acquisition d’un immeuble locatif, une hausse de quelques centièmes de points de pourcentage ne devrait pas influencer de manière importante sa rentabilité.

Pour un prêt hypothécaire de 450 000 $ étalé sur 25 ans à taux fixe de 4,74 % sur cinq ans, Jacques paiera des mensualités de 2337,87 $. Avec une hausse de 0,25 % des taux d’intérêt, Jacques peut s’attendre à payer des mensualités de 2396,20 $, soit 58,33 $ de plus par mois. Je recommande donc à Jacques de dormir sur ses deux oreilles.


Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’OACIQ. Son entreprise de formations et de coaching pour investisseurs en immobilier — Immofacile.ca — peut percevoir des honoraires liés à la formation et aux soirées de conférences mensuelles.