/entertainment/music
Navigation

Cartes postales signées par Dédé Fortin: Des retrouvailles après 17 ans

Deux cartes postales signées par Dédé Fortin seront remises à leurs destinataires

Dédé Fortin
Photo d’archives Dédé Fortin

Coup d'oeil sur cet article

Une ancienne élève et un enseignant d’une école primaire recevront, lors d’une soirée de retrouvailles le 10 août, deux cartes postales rédigées par Dédé Fortin il y a 17 ans.

Les cartes, écrites quelques semaines avant que le musicien ne s’enlève la vie, le 8 mai 2000, n’avaient jamais été envoyées.

La carte postale signée par Dédé Fortin sera livrée avec deux décennies de retard.
Photo courtoisie
La carte postale signée par Dédé Fortin sera livrée avec deux décennies de retard.

 

Son frère, Réal Fortin, les a découvertes au printemps dernier et a contacté le directeur de l’école Victor-Thérien de Lachine pour lui annoncer que les missives arriveraient finalement à destination, près de deux décennies en retard.

Une chanson marquante

Dédé Fortin voulait saluer les enfants et les remercier de leur intérêt pour sa musique, après avoir appris qu’ils avaient souligné leur rentrée avec le succès de l’été, la pièce Tassez-vous de d’là des Colocs.

Le personnel de l’école avait accueilli les élèves en chantant la pièce, dont les paroles avaient été modifiées pour l’occasion.

« J’en garde un très bon souvenir », affirme Marilou Terriault, qui commençait, à l’époque, sa troisième année à l’école Victor-Thérien.

« On était vraiment contents de participer », se souvient Mme Terriault, aujourd’hui enseignante.

« C’était un grand succès collectif », partage l’enseignante France Lafleur qui a coécrit les paroles. Selon elle, même le concierge et la secrétaire avaient pris part au projet, auquel les élèves se sont intégrés.

C’était leur professeur de musique, Claude Robillard, qui avait eu l’idée de changer les paroles de la chanson et d’accueillir les enfants ainsi pour souligner la rentrée en grand.

De bons contacts

Emballée, Marilou Terriault avait raconté l’événement à sa mère. Celle-ci en a parlé à une collègue de travail qui connaissait la mère d’un ex-musicien des Colocs. De bouche à oreille, l’histoire s’est rendue jusqu’à Dédé Fortin qui a été touché par l’initiative, si bien qu’il leur a écrit deux cartes postales.

« C’était quelques semaines avant qu’il s’enlève la vie. Dans son malaise, il ne les a jamais postées », explique Réal Fortin.

Retrouvailles

L’une des deux cartes était adressée à Marilou Terriault qui la recevra à l’occasion de la soirée de retrouvailles à l’Hôtel 10 de Montréal, où Dédé Fortin a habité avant que l’endroit ne soit transformé en hôtel.

L’autre carte (en photo) sera remise au professeur de musique Claude Robillard.

D’anciens élèves qui ont quitté le Québec s’organisent même pour être présents.

Le frère de Dédé Fortin est surpris que ces cartes postales retrouvées fassent autant jaser.

« La façon que Dédé a quitté ce monde a touché bien des gens », admet-il.