/news/green
Navigation

Au secours des papillons monarques

Les citoyens sont appelés à contribuer à la recherche sur cette espèce en voie de disparition

Les papillons monarques sont une espèce maintenant en voie de disparition au Canada.
Photo courtoisie Les papillons monarques sont une espèce maintenant en voie de disparition au Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Les scientifiques de l’insectarium de Montréal appellent les citoyens au secours des papillons monarques. Du Mexique au Canada, ils invitent les amateurs de nature de tout le continent à localiser la plante fétiche de ce grand papillon en voie de disparition, à y vérifier la présence de chenilles et à rapporter leurs observations sur le site www.mission-monarque.org. Les données recueillies leur permettront de comparer le potentiel des habitats et d’identifier les meilleurs.

4000 km dans les airs

Les monarques quittent le Québec au début de l’automne. En quelques semaines, ils parcourent plus de 4000 km pour rejoindre le soleil du Mexique ou de la Floride où ils hivernent. Au printemps, ils reprennent la route du Nord. Ils se reproduisent lors du voyage, et leur progéniture, sur trois générations, arrive dans la Belle Province au printemps. La migration du papillon monarque est reconnue comme un « processus menacé » par l'Union internationale pour la conservation de la nature. C'est le seul processus naturel qui porte cette mention.

Pourquoi les monarques disparaissent-ils ?

Le cycle de vie
Photo courtoisie
Le cycle de vie

Les papillons souffrent de la perte d’habitat. Pour se reproduire et s’alimenter, cet insecte a besoin de prairies non cultivées, de boisés et de milieux humides, partout sur sa route migratoire. La monoculture, les pesticides, l’urbanisation et la déforestation sont ses ennemis. Les changements climatiques qui les poussent à migrer toujours plus loin nuisent aussi à leur survie.

Réfugiés de l’asclépiade

Les papillons monarques sont une espèce maintenant en voie de disparition au Canada.
Photo courtoisie, Espace pour la vie

Les monarques dépendent de l’asclépiade, une plante indigène fleurie qui pousse sur les terrains en friche. Bien que les adultes se nourrissent du nectar de plusieurs fleurs, les femelles ne pondent que sur les feuilles laiteuses de cette plante et les chenilles s’en nourrissent exclusivement. Considérée comme une « mauvaise herbe », elle a quasiment disparu en raison de pratiques agricoles et de l’utilisation d’herbicides à grande échelle.

En voie de disparition

Au Canada, le papillon monarque a été placé sur la liste des espèces en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril en décembre dernier. En 20 ans, la population a chuté de 90 % mondialement. Le nombre de monarques était d’à peine 33,5 millions en 2013 alors qu’il en faudrait 250 millions pour assurer la résilience de l’espèce. Il y aurait 57 % de risque qu’ils disparaissent à tout jamais d’ici 20 ans, d’après une récente étude publiée dans le journal Scientific Reports.