/news/politics
Navigation

L'ex-ministre des Transports Jacques Daoust est décédé des suites d'un AVC

Jacques Daoust s’est présenté en politique sous la bannière libérale en 2014 dans la circonscription de Verdun. Il a occupé le poste de ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation, puis celui de ministre des Transports à partir de janvier 2016.
Photo d'archives, Simon Clark Jacques Daoust s’est présenté en politique sous la bannière libérale en 2014 dans la circonscription de Verdun. Il a occupé le poste de ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation, puis celui de ministre des Transports à partir de janvier 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Une semaine après avoir subi un accident vasculaire cérébral, l’ex-ministre libéral Jacques Daoust est décédé la nuit dernière, à l’âge de 69 ans.

La triste nouvelle a été annoncée jeudi matin par son fils, sur sa page Facebook. «À grands regrets, mon père a perdu son combat la nuit dernière», a écrit Sébastien Daoust.

Philippe Couillard, qui rencontrait des agriculteurs à Hébertville-Station, au Saguenay–Lac-St-Jean, a souligné «avec beaucoup de chagrin» le décès de son ancien ministre. «Jacques Daoust a fait beaucoup pour le Québec», a-t-il commenté, en soulignant notamment son rôle pour venir en aide à Bombardier.

«Je pense qu’on doit lui être reconnaissant pour son service public», a-t-il ajouté.

Philippe Couillard a également fait allusion à la démission de Jacques Daoust dans la controverse à titre de ministre l’an dernier. «La politique, ce n’est jamais une chose facile», a dit le premier ministre.

Grande tristesse

En marge d’une conférence de presse, à Montréal, la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil, a aussi témoigné de sa «grande tristesse».

«Un grand homme, a déclaré Mme Weil. J’ai eu le plaisir de siéger juste à côté de Jacques Daoust pendant la première partie de notre mandat. Un homme attachant, un homme compétent, brillant, toujours un sens de l’humour, un homme que vraiment j’appréciais grandement.»

«Nous avons a appris avec beaucoup de tristesse, la nouvelle du décès de M. Daoust», a-t-on réagi au cabinet du premier ministre, un peu plus tôt.

«Nous offrons nos plus profondes condoléances à la famille», a indiqué le responsable des relations avec les médias du premier ministre, Charles Robert, à notre Bureau parlementaire.

Des suites d’un AVC

Le fils de l’ex-ministre, Sébastien Daoust, avait confirmé à notre Bureau d'enquête, le 25 juillet dernier, que son père avait subi un sérieux accident vasculaire cérébral.

Jacques Daoust s’est présenté en politique sous la bannière libérale en 2014 dans la circonscription de Verdun. Il a occupé le poste de ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation, puis celui de ministre des Transports à partir de janvier 2016.

Comme ministre des Transports, il a notamment dû s’occuper de l’épineux dossier d’Uber dans l’industrie du taxi.

Il a démissionné en août 2016 dans la foulée d’une controverse entourant la vente d’actions de Rona par Investissement Québec.

Il avait auparavant occupé le poste de président et chef de la direction d’Investissement Québec, de 2006 à 2013.

M. Daoust et son fils s'étaient lancés, en 2012, dans un projet de vignoble à Hemmingford. Jacques Daoust n’aura finalement jamais eu la chance de participer à la mise en marché des premières bouteilles des Vignes des Bacchantes.

«Il n’a pas fini son projet politique, mais il aurait bien aimé finir son projet viticole», a confié son fils, Sébastien Daoust, sur les ondes de RDI.

Les politiciens réagissent sur les réseaux sociaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de détails à venir...

- Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Maltais et Pascal Dugas Bourdon