/finance
Navigation

Des robots pour remplir les formulaires d'immigration

L’application IVA de la start-up d’avocats EXEO sera bientôt disponible en français

Marc-André Séguin pense qu'IVA va aider les immigrants à se retrouver dans la paperasse gouvernementale.
Photo Francis Halin Marc-André Séguin pense qu'IVA va aider les immigrants à se retrouver dans la paperasse gouvernementale.

Coup d'oeil sur cet article

Un cabinet d’avocats de Montréal mise sur les robots pour faciliter la vie des immigrants dans leurs démarches.

« C’est important pour nous que ça soit gratuit. On ne trouvait pas ça juste de faire payer les gens pour vulgariser une information publique », a expliqué Francis Tourigny, associé chez EXEO Avocats et cofondateur d’IVA, destinée à accompagner les candidats à l’immigration grâce à l'intelligence artificielle.

Les fondateurs d’IVA ont mis au point cette application pour répondre aux besoins de leurs clients qui appelaient souvent à leurs bureaux parce qu’ils étaient perdus dans la paperasse gouvernementale. Les avocats ne demandent d’ailleurs pas mieux que d’accompagner les clients vivant des situations complexes.

Se faciliter la vie

Pour utiliser IVA, il suffit d’ouvrir Facebook Messenger et de répondre à des questions dans une conversation, un peu comme on peut le faire avec un ami, explique Marc-André Séguin, associé chez EXO Avocats et cofondateur d’IVA. Au fil des réponses, l’algorithme cible, parmi plus d’une vingtaine de programmes d’Ottawa et de Québec, celui qui convient le mieux.

Francis Tourigny et Marc-André Séguin, associés chez EXEO Avocats et fondateurs d'IVA, mise sur la gratuité pour faire connaître leur application.
Photo Francis Halin
Francis Tourigny et Marc-André Séguin, associés chez EXEO Avocats et fondateurs d'IVA, mise sur la gratuité pour faire connaître leur application.

 

«L’interaction est courte. Elle évite des heures de recherches sur des tonnes de sites de gouvernements», précise M. Séguin, qui, comme son collègue, a pratiqué le droit en Asie avant de revenir au Québec. IVA ne couvre toutefois pas la catégorie des réfugiés, autrement plus complexe.

Les créateurs d’IVA sont persuadés que leur application pourra même remplir les papiers à leur place très bientôt. « Ce n’est pas de la science-fiction. D’ici les prochains mois, en répondant à des questions d’IVA, sur Messenger, les formulaires d’immigration se rempliront tout seuls! », a dit Francis Tourigny, d’EXEO Avocats, insistant cependant pour réaffirmer l’importance de la vérification des informations par la suite.

IVA aux États-Unis

À peine lancée au pays, IVA lorgne déjà le marché américain. Marc-André Séguin, qui pratique le droit à New York, sent que les besoins sont urgents là-bas. « Nous aurons notre volet américain. C’est très politisé là-bas. Il y a des tonnes de réformes, ça pose des défis, mais nous allons nous-y plonger », a-t-il partagé.

Même si grâce à IVA les immigrants auront moins besoin des avocats ou des consultants pour dénicher les bons programmes et les bons formulaires, les fondateurs de l'application n’ont pas peur de perdre du travail, ou d’en faire perdre à leurs collègues d’autres firmes. «Nous pensons plutôt les aider», a conclu M. Séguin.

 

EXEO AVOCATS

  • Fondation : 2016
  • Avocats : 6
  • Siège social : Montréal
  • IVA
  • Lancement : Août 2017
  • Utilisateurs (membres Facebook) : 1 2000
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.