/finance
Navigation

Près de 200$ par enfant pour la rentrée

Les pères québécois dépensent plus que les mères

Même si les Québécois achètent de plus en plus les fournitures scolaires en ligne, ils restent aussi fidèles à leurs commerçants préférés afin de garder un contact humain.
Photo d’archives, Agence QMI Même si les Québécois achètent de plus en plus les fournitures scolaires en ligne, ils restent aussi fidèles à leurs commerçants préférés afin de garder un contact humain.

Coup d'oeil sur cet article

Les parents québécois doivent s’attendre cette année à payer 192 $ en moyenne pour la rentrée scolaire de leur enfant.

C’est ce qu’indique un sondage fait auprès des consommateurs canadiens par le site de remise en argent américain Ebates, dont Le Journal a obtenu copie.

« Je crois que 192 $ ce n’est pas tant que ça... Mais ça prend tout de même des consommateurs avertis, capables de trouver les meilleures offres », a insisté Émilie Brassard, porte-parole d’Ebates Canada, qui a mené un vaste sondage web portant sur les achats de la rentrée à l’échelle du pays auprès de 1004 personnes, en juillet.

Selon cette enquête, près des deux tiers des parents pensent effectuer une partie de leurs achats en ligne (62 %), car c’est plus facile (34 %) et que les prix sont généralement meilleurs (33 %).

Mal nécessaire

Dans l’ensemble du pays, les pères continuent de dépenser plus (190 $) que les mères (178 $) pour les articles scolaires, un phénomène qui a déjà été observé par l’entreprise ces dernières années.

Pour Émilie Brassard, porte-parole du site de remise en argent, les Québécois savent bien qu’il est possible de faire d’excellentes affaires sur internet. « C’est simple, quand tu magasines en ligne, tu peux cumuler les rabais », a pu constater cette mère de jumelles.

S’abonner à une infolettre donne souvent droit à un rabais de 15 %, ajoute-t-elle. Mme Brassard dit que les programmes de récompenses, les cartes de fidélité et les codes promotionnels trouvés sur le web permettent d’épargner gros.

Mais si les achats scolaires en ligne sont de plus en plus courants, les Québécois restent fidèles à leurs commerçants préférés, assure Émilie Brassard. « Souvent, les consommateurs se tournent vers le web, mais ils tiennent à aller chercher la marchandise en magasin pour garder un contact humain avec leurs boutiques préférées », observe-t-elle.

Après avoir opté pour des produits bon marché, Mme Brassard remarque par ailleurs que les parents d’ici optent de plus en plus pour des produits de meilleure qualité, même s’ils sont plus dispendieux.

Pour beaucoup de québécois, l’achat du matériel scolaire rime toutefois avec certaines inquiétudes. Près du quart d’entre eux vont même jusqu’à dire que le stress le plus intense du retour à l’école est lié à ces achats.