/sports/tennis
Navigation

Shapovalov imite Nadal

Le Canadien renverse del Potro et écrit une page d’histoire

Coup d'oeil sur cet article

Le parcours de rêve de Denis Shapovalov s’est poursuivi, mercredi après-midi, sur le court central du Stade Uniprix.

Le Canadien, qui est classé 143e au classement de l’ATP, a surpris l’Argentin Juan Martin del Potro en deux manches de 6-3, 7-6 pour soulever les amateurs montréalais pour la deuxième fois en deux jours.

À 18 ans et 3 mois, il est devenu le plus jeune joueur à atteindre la ronde des 16 à la Coupe Rogers depuis le Suédois Mats Wilander en 1982. Encore mieux, il est le plus jeune à accéder au troisième tour d’un tournoi Masters 1000 depuis un certain Rafael Nadal, en 2004 à Miami.

C’est tout un exploit qu’il vient de réaliser, mais surtout, il l’a fait contre un joueur qui a déjà fait partie des cinq meilleurs au monde il y a quelques années. Cette deuxième victoire en sol montréalais avait une signification particulière pour lui.

« Del Potro est mon idole de jeunesse, a souligné Shapovalov en conférence de presse. De jouer contre lui, c’est un immense honneur pour moi.

« Battre un joueur de son calibre, c’est très inspirant et ça me donne une grosse dose de confiance. C’est une de mes victoires les plus satisfaisantes. »

Garder son sang-froid

Après une première manche solide où il a commis peu d’erreurs, Shapovalov a surmonté quelques embûches à la deuxième. À certains moments de cette reprise, il a montré des signes d’inconstance, comme c’est souvent le cas chez les jeunes joueurs.

Toutefois, il trouvait une façon de rebondir après une mauvaise frappe ou une erreur stratégique. On en a eu une belle preuve lors du bris d’égalité, où il a commis une double faute.

« J’ai été simplement victime d’une malchance, a souligné Shapovalov. J’ai frappé le cadre de ma raquette à deux occasions et mes deux services se sont retrouvés à l’extérieur.

« Avant le point suivant, j’ai décidé de mettre un peu plus d’effet afin que mon premier service reste dans les limites. »

Malgré la feuille de route de son adversaire, Shapovalov n’a pas été intimidé par del Potro.

« Il a de gros coups dans son arsenal, mais j’ai senti que j’avais du succès en retour, a expliqué le Canadien. Quand je pouvais mettre la raquette dessus, j’étais capable d’en retourner plusieurs. Je crois que ça lui a mis une certaine pression à la fin. »

Tout cela devant les yeux de Wayne Gretzky et de l’attaquant du Canadien Jonathan Drouin, qui étaient dans les gradins pour assister à la performance de leur jeune compatriote.

Foule endiablée

S’il y a une chose qui impressionne Shapovalov, depuis le début du tournoi, c’est l’appui de la foule à son égard.

« Je n’ai jamais joué dans une ambiance comme celle-là, a-t-il souligné. C’était tellement bruyant. Sur le point de match, quand j’ai commis ma double faute, mes oreilles ont presque explosé.

« Ils m’encourageaient tellement fort que c’était un peu fou. C’est tellement plaisant de se retrouver sur le terrain dans de telles conditions et de faire partie de cette atmosphère. Je me sens privilégié de faire partie de ce tournoi. »

Il n’y a pas de doute que sa performance restera gravée dans l’histoire du tournoi, mais également dans le cœur des amateurs montréalais.