/misc
Navigation

Les Carabins de retour au boulot

Les Carabins de retour au boulot
Photo Agence QMI, Dario Ayala

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Les Carabins de l’Université de Montréal ont amorcé leur camp d’entraînement vendredi et plusieurs recrues tenteront de démontrer qu’ils ont ce qu’il faut pour endosser l’uniforme des Bleus cette année.

L’entraîneur-chef Danny Maciocia et son groupe auront l’occasion d’évaluer le travail des jeunes joueurs ainsi que des vétérans tout au long de la semaine. L’équipe disputera ensuite un match préparatoire samedi contre le Varsity Blues de l’Université de Toronto.

«Chaque année, on a des questions et on cherche des réponses, notamment avec les recrues qui ont pris la décision de venir chez nous, a expliqué Maciocia lors d’un entretien téléphonique. On aura l’occasion de les voir pendant le camp d’entraînement et il y a un match hors-concours qui s’en vient. Ça va nous donner une bonne idée d’où ils sont rendus.»

«C’est une évaluation pour tout le monde. Chaque année, on a tendance à changer un peu notre identité, que ce soit en attaque, en défensive ou sur les unités spéciales. On cherche aussi de la profondeur, parce que la réalité, c’est que tu ne vas jamais jouer avec les mêmes 48 joueurs pendant la saison au complet, tu vas avoir des blessures et tu vas avoir besoin de profondeur.»

Bonne première impression

Même s’ils n’ont toujours pas pris part à un match dans les rangs universitaires, quelques recrues ont déjà impressionné Maciocia et seront à surveiller au cours de la prochaine campagne.

«Il y a Pierre-Olivier Lestage, un joueur de ligne qui était convoité par tout le monde au Québec et même au Canada. Philippe Lemieux-Cardinal, un joueur de ligne défensive qui mesure 6 pi 4 po et pèse 245 lb, va être un joueur dominant, c’est sûr et certain», a énuméré le pilote.

Les Carabins ont également déniché leur quart-arrière d’avenir en Dimitri Morand, qui aura l’occasion d’apprendre aux côtés de Samuel Caron, qui sera le partant pour une deuxième année de suite.

«Il était le quart partant de l’équipe canadienne des 19 ans et moins, a souligné Maciocia. Il a tout un avenir ici à l’Université de Montréal.»

La force mentale

Les Bleus ont terminé la dernière campagne de façon amère, subissant une défaite crève-cœur de 20-17 contre le Rouge et Or de l’Université Laval en finale de la Coupe Dunsmore. Maciocia espère que ses joueurs pourront développer cet instinct du tueur qui a fait défaut dans un moment crucial.

«On menait et on a fait des erreurs, que ce soit en attaque ou sur la dernière séquence en défensive, a-t-il dit. On a eu des situations où on pouvait mettre fin au match. Malheureusement, l’autre équipe a été capable d’exécuter ces jeux -là et nous, on n’a pas été capable de le faire et ça nous a couté très cher.»

«Il faut avoir cette force mentale pour être considérée parmi les équipes élites au Canada.»