/sports/football/alouettes
Navigation

Plus de distraction chez les Alouettes

Jacques Chapdelaine.
Photo Agence QMI, Ben Pelosse Jacques Chapdelaine.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Les Alouettes de Montréal se retrouvent actuellement au sommet de la section Est, un scénario que les amateurs attendaient avec impatience depuis quelques années.

Le départ du directeur général Jim Popp et la présence de l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine ont donné un nouveau souffle à l’organisation, qui peinait à cumuler les victoires au cours des dernières saisons.

«C’est le jour et la nuit cette année, a commenté le secondeur Nicolas Boulay en entrevue. On a une bonne équipe avec de bons joueurs et de bons leaders. Tout le monde est ici pour travailler.»

Les distractions ont été nombreuses dans les dernières saisons, notamment lorsque l’ancienne gloire de la NFL Chad Johnson est débarqué dans la métropole ou quand Michael Sam, le premier joueur de football à avoir dévoilé publiquement son homosexualité, a rejoint l’équipe, espérant pouvoir relancer sa carrière au sud de la frontière.

«Personne ne se pense meilleur qu’un autre, personne n’est ici pour prouver qu’il doit être dans la NFL, a poursuivi Boulay. Mais tout le monde qui est ici travaille extrêmement fort et tout le monde travaille avec un but commun. C’est quelque chose qu’on n’avait pas dans les dernières années et c’est vraiment le fun de retrouver ça. Ça fait en sorte qu’on gagne des matchs et on sait d’ailleurs qu’on n’a pas atteint notre plein potentiel.»

En quête de constance

Les Alouettes viennent au deuxième rang de la ligue au chapitre des points accordés, avec 159. Boulay soutient qu’il y a cependant certains points à corriger au cours des prochaines semaines.

«Je crois qu’il y a deux matchs sur sept où on a eu 70 jeux en défensive. Le temps de possession pour l’équipe adverse fait en sorte que notre offensive est sur le terrain moins souvent, a-t-il précisé. Il y a un match où on a donné 41 points. Dans mes cinq ans à Montréal, on n’a jamais donné 41 points.»

«Des matchs comme ça, on ne peut pas en avoir, il faut qu’on soit constant. La constance, c’est ça qui fait en sorte qu’on a une bonne défensive.»

Des hauts et des bas

Boulay a paraphé une nouvelle entente de deux ans pendant la saison morte après avoir songé sérieusement à quitter les Alouettes. Même s’il s’est imposé comme l’un des leaders de cette équipe, il aimerait tout de même en donner plus sur le terrain.

«Point de vue temps de jeu en défensive, je m’attendais à en avoir plus, en toute honnêteté, a-t-il confié. Mais je reste positif malgré tout. J’ai eu des hauts et des bas personnellement et ça me frustrait. Mais j’ai décidé de mettre ça de côté, de me concentrer sur moi-même et d’être le meilleur Nic Boulay que je peux être, d’être le meilleur leader que je peux être pour les Alouettes.»