/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Élection partielle : la bataille de Louis-Hébert

Élection partielle : la bataille de Louis-Hébert
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Rendue nécessaire par le départ de Sam Hamad, nous assisterons sous peu à la 15e élection partielle du présent mandat dans la circonscription de Louis-Hébert.

Soyons clair, Louis-Hébert, c’est un terreau fertile pour le PLQ. Ce comté comprend les secteurs cossus de Saint-Augustin-de-Desmaures, de Cap-Rouge et de l’ouest de Sainte-Foy. Les maisons y sont beaucoup plus dispendieuses qu’ailleurs à Québec, ce qui fait que la moyenne d’âge de ce territoire est plus élevée que les autres circonscriptions de la région (sauf Jean-Talon, également un fief libéral). Rappelons que les libéraux ont un très fort appui chez les personnes âgées de 65 ans et plus.

Une chaude lutte est à prévoir entre les candidats libéral et caquiste (désolé pour les péquistes, mais ils ne sont pas dans le coup ici). En 2012, lors de l’élection générale, Sam Hamad ne l’avait emporté que par 5,5 % d’avance. À cette époque, sur la scène québécoise, le PLQ avait fait 31 % et la CAQ 27 %. Vous ne trouvez pas que ça ressemble au plus récent sondage ?

Faux départ libéral

Après avoir proposé le comté à de nombreuses personnalités d’affaires et des communications de Québec, les libéraux se sont retourné vers un plan B (ou était-ce le plan M... N... O, je ne sais plus), Éric Tétrault. Ce dernier n’a pas un mauvais curriculum vitae, ayant travaillé au sein des médias, des cabinets libéraux et récemment comme Président des Manufacturiers et Exportateurs du Québec. Vous devez savoir que son rôle était essentiellement celui d’un lobbyiste; la principale raison pourquoi on choisit une personne pour occuper une telle fonction, c’est justement pour ses contacts dans l’appareil gouvernemental. Bref, il avait la bonne carte de membre dans ses poches.

Je l’ai déjà dit, pour être candidat en politique, il faut être « spic and span », lavé plus blanc que blanc, sinon tout va sortir. C’est le cas de M. Tétrault.

Attention aux amalgames, mais la politique étant beaucoup liée à la perception, ça parait mal quand dans ton CV :

  • Tu as été dans une loge, billets fournis par Lino Zambito, avec Nathalie Normandeau;
  • Tu as travaillé pour Alfonso Gagliano;
  • Tu as travaillé pour le maire de Terrebonne  Jean-Marc Robitaille, un proche de Tony Accurso qui a menti à la commission Charbonneau sur ses relations avec ce dernier.

Ajoutez à ça que depuis plusieurs années, monsieur Tétrault n’habite plus la région de Québec, ce qui fait de lui un « parachuté » (souvenez-vous de la partielle de Chauveau avec Jocelyne Cazin).

La CAQ a appris de ses erreurs

Le candidat caquiste sera Normand Sauvageau (la primeur de cette annonce nous viens de mon collègue Jonathan Trudeau). L'équipe du chef refuse de confirmer la nouvelle, mais mes sources personnelles me le confirme. Fraîchement retraité du secteur bancaire, où il occupait un poste de Directeur principal et Chef d’équipe pour l’Est-du-Québec, à la Banque Scotia, il a eu à gérer un portefeuille de plusieurs centaines de millions de dollars. Il réside dans Louis-Hébert depuis 27 ans. On me dit que ses compétences en économie et en finances sont remarquables. Pendant plus de 30 ans, il a conseillé et épaulé les entrepreneurs de la région de Québec. Sans être un homme flamboyant, le candidat sait compter et il est bien implanté dans son milieu.

Changement à prévoir ?

Je suis convaincu que Philippe Couillard souhaitait déclencher l’élection partielle mercredi passé, possiblement le mercredi suivant, pour prendre de court ses adversaires. Le tweet de Lino Zambito est venu changer les plans. Il ne serait pas surprenant de voir Éric Tétrault se retirer pour aller relever de nouveaux défis. Les libéraux de Louis-Hébert envisageraient même de recruter une femme moins connue du grand public, mais résidente de cette circonscription.

Est-ce que le PLQ va courir le risque de se lancer en élection avec une candidature aussi hypothéquée? C’est sans aucun doute ce que souhaite François Legault, qui aimerait prendre sa revanche... Chauveau, ça vous dit quelque chose ? Il y a comme un étrange parallèle à faire ici, on jase là.