/news/society
Navigation

Un père de famille se bat pour ramener sa fille au pays

Jérémie Rosconi et sa fille Yaëlle
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE - Le Sherbrookois Jérémie Rosconi mène un long combat pour obtenir la garde légale de sa fille Yaëlle. Il est coincé en Suisse, depuis plus d'un an.

Depuis 2013, M. Rosconi vivait au Québec avec sa fille Yaëlle dont il avait la garde. Mais, l'année dernière, il a été contraint de retourner en Suisse où sa fille est née, parce que la mère de l’enfant réclamait la garde. La justice helvète menaçait d'extrader la fillette.

À leur arrivée, le passeport de Yaëlle a été confisqué. Et les procédures judiciaires se poursuivent. Laissant tout derrière lui, le Sherbrookois s’est retrouvé seul, à 6000 kilomètres de la maison, par amour pour sa fille.

«J'ai vu l'insécurité et comme un sentiment d'appréhension d'abandon dans ses yeux. J'en ai parlé avec mes parents, et ils m'ont dit que même si ma situation est précaire en Suisse, ils vont faire ce qu'il faut pour que je reste là-bas, pour ne pas laisser pas ma fille toute seule», explique Jérémie Rosconi.

«C'est très dur. Je vais être honnête avec vous, j'ai pris 10 ans en une année. C'est stressant, c'est drainant. Je vous le dis je n'ai jamais passé une épreuve dure comme ça dans ma vie. Mais au final je ne regrette pas, car je fais ça pour elle, pour Yaëlle», ajoute M. Rosconi.

En juin dernier, soulagement : le tribunal tranche en faveur de M. Rosconi. On lui accorde la garde et la possibilité de revenir au Québec. Seul bémol, le passeport de la fillette n'est toujours pas valide.

Sans visa de travail, Jérémie Rosconi vit en Suisse grâce à ses économies et l'aide d'amis.

Sa mère mène une campagne de socio-financement pour l'aider à préparer son retour (https://www.gofundme.com/jamais-sans-sa-fille).