/sacchips/harddrive
Navigation

Des concerts dans une boutique des Galeries de la Capitale

La foule lors d'un des samedis micros ouverts du Sunrise Records Capitale.
Photo tirée de la page Facebook Sunrise Records Capitale La foule lors d'un des samedis micros ouverts du Sunrise Records Capitale.

Coup d'oeil sur cet article

Sunrise Records Capitale, ce disquaire qui a remplacé la défunte bannière HMV, ouvre ses portes aux artistes locaux émergents.

Lors de ses samedis micros ouverts, des artistes sont invités à se produire directement en magasin.

«Les musiciens n’ont pas de cachet lorsqu’ils viennent jouer en magasin. Par contre, nous, on leur fournit de l’eau et une table où ils peuvent vendre des CDs et leurs articles promotionnels», a indiqué au journaldequebec.com, le gérant du magasin, Patrick Guay.

Depuis l’ouverture de Sunrise Records aux Galeries de la Capitale, le 4 août dernier, deux concerts ont déjà eu lieu en boutique. Plusieurs autres sont déjà au programme. Par exemple, le groupe de Québec, Los, ainsi que les Montréalais, Bodywash, offriront une prestation ce samedi.

«Jusqu’à présent, nous avons accueilli un chansonnier et un hommage à AC/DC! Nous sommes ouverts à tous les styles! On a refusé personne jusqu’à maintenant, sauf s’ils font du contenu offensant. Les artistes peuvent nous envoyer leur matériel en message privé sur Facebook ou par courriel», explique M. Guay.

De plus, la boutique offre aussi la possibilité aux musiciens de la relève de prendre leurs disques ou vinyles en consigne, ce qui octroie une visibilité sur les tablettes du magasin au même titre que les artistes plus connus.

Pas une «boutique traditionnelle»

La succursale Sunrise Records des Galeries de la Capitale souhaite aussi se dynamiser en attirant des artistes plus connus en ses murs.

«La compagnie (Sunrise Records) nous a vraiment donné carte blanche, ils nous donnent beaucoup de latitude. On a été les premiers de la chaîne à lancer les micros ouverts. On ne veut pas être une boutique traditionnelle. On veut travailler avec les compagnies de disques pour attirer des artistes plus connus pour des séances d’autographes par exemple», a conclu le gérant Patrick Guay.