/finance/business
Navigation

Dur de recruter des employés à Drummondville

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE – Le Groupe Soucy, une entreprise qui se spécialise en conception et en développement de pièces pour le marché des véhicules récréatifs, peine à recruter de la main-d’œuvre.

Machinistes, opérateurs, journaliers, assembleurs; les postes à combler sont nombreux chez Soucy, qui recherche entre 150 et 200 nouveaux employés pour ses 13 filières.

Il s’agit d’un défi de taille pour le département des ressources humaines. «La difficulté elle est la même partout, dans toutes les entreprises», a expliqué Annie Ducharme, directrice des ressources humaines chez Soucy.

Les entreprises doivent faire preuve de créativité et d'innovation pour attirer les nouveaux talents. «Ce sont des stratégies qu'on aime garder pour nous, parce qu'il faut être vraiment très créatifs», a ajouté Mme Ducharme.

Chez Soucy, on offre une prime de 500 $ à un employé qui en réfère un autre. «On a des employés qui ont recommandé des gens de leur famille, et on a déjà trois nouveaux employés», a mentionné Annie Ducharme.

Partout dans le parc industriel de Drummondville on retrouve des affiches «Nous embauchons». La pénurie de travailleurs qualifiés se fait sentir chez les compagnies manufacturières dans plusieurs régions du Québec.

«Ça fait des années qu'on le dit que le Québec va avoir un problème, quand les baby-boomers vont commencer à prendre leur retraite. On est là-dedans», a expliqué Martin Dupont, de la Société de développement économique de Drummondville.

Les salons de l'emploi et le recrutement à l'international sont des stratégies mises de l'avant par la Société de développement économique de Drummondville. L'entreprise Soucy participera à ces missions, prochainement en Tunisie et en France.

«La solution va venir de l'éducation, de l'immigration, de la promotion et de l'international», a ajouté M. Dupont.