/news/currentevents
Navigation

Un faux propriétaire coupable de fraude

Le Montréalais faisait semblant de louer son logement

Marc-Antoine Désy-Pajot<br>
<i>Fraudeur</i>
Photo courtoisie Marc-Antoine Désy-Pajot
Fraudeur

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais qui se faisait passer pour un propriétaire à la recherche de locataires a finalement reconnu avoir fraudé 11 victimes pour 13 300 $.

« Oui », a timidement balbutié Marc-Antoine Désy-Pajot lorsque la juge lui a demandé s’il reconnaissait avoir bel et bien commis ces crimes.

Désy-Pajot, un fraudeur récidiviste de 27 ans, croyait pouvoir se remplir les poches lorsqu’il a commencé sa plus récente vague de fraudes, en janvier.

Faux proprio

Locataire d’un logement dans la Petite Italie, il se présentait sur internet comme propriétaire.

« Soit il s’annonçait sur Kijiji comme une personne cherchant à louer son logement, soit il répondait directement aux gens qui cherchaient un appartement », a expliqué la Couronne lorsque l’accusé a plaidé coupable.

En quelques mois, plusieurs personnes se sont manifestées. Désy-Pajot leur faisait alors signer un faux bail et réclamait un premier paiement. Les victimes s’exécutaient, ignorant qu’elles se faisaient rouler.

« Évidemment, [elles] n’ont pas eu accès à l’appartement », a poursuivi la Couronne.

À la rue

Les 11 victimes de Désy-Pajot ont ainsi perdu un total de 13 300 $, mais les inconvénients n’étaient pas seulement pécuniaires, a rappelé la poursuite.

Dans l’un des cas, la victime avait déjà rendu les clés de son ancien logement, en plus d’avoir inscrit son enfant à l’école du quartier.

Un couple avait quant à lui vendu une partie de ses biens, en plus d’avoir loué un camion pour le déménagement, qui n’a jamais eu lieu.

Une femme sur le point d’accoucher a dû trouver d’urgence un autre logement lorsqu’elle a découvert la fraude.

« Ça a entraîné beaucoup de frais qu’on ne connaît pas encore à ce jour », a assuré la Couronne.

Désy-Pajot a finalement été arrêté en juillet, à la suite de plaintes à la police. Il reviendra en cour en novembre, pour les observations sur la peine qui doit lui être imposée.