/sports/hockey/canadien
Navigation

Drouin aura sa chance au centre

Claude Julien et Jonathan Drouin
Photo Martin Chevalier Claude Julien et Jonathan Drouin

Coup d'oeil sur cet article

Claude Julien n’a pas tardé à mettre cartes sur table. Jonathan Drouin obtiendra la chance de se faire valoir au centre.

Invité au tournoi de golf de son capitaine, l’entraîneur-chef du Canadien n’a pas hésité une seule seconde lorsque la question lui a été posée.

« Je veux le voir. Il a joué au centre pendant plusieurs années, a indiqué Julien. On a des idées en tête. On va profiter du camp d’entraînement et des matchs préparatoires pour mettre ces idées-là en place. »

Drouin a, lui aussi, rappelé qu’il n’était pas étranger au poste de pivot. En plus d’avoir disputé une saison complète à cette position à sa dernière année avec les Mooseheads d’Halifax, l’attaquant de 22 ans y a fait quelques présences sporadiques dans l’uniforme du Lightning.

« Je l’ai dit plusieurs fois [que je suis à l’aise au centre]. J’ai joué à cette position à ma dernière année junior. Et à Tampa, c’est arrivé que je prenne des mises en jeu dans le cours d’un match. Je ne pense pas que cette possibilité me rende nerveux. »

De plus, il n’est pas sans savoir que le Tricolore est désespérément à la recherche d’un centre numéro un. Être en mesure de remplir ce rôle lui permettrait d’obtenir plusieurs missions importantes.

« Au centre, tu bouges constamment. Alors, un centre qui a beaucoup de vitesse et qui a une bonne vision du jeu peut avoir beaucoup plus d’options qu’à l’aile », a-t-il analysé.

Des affinités avec le capitaine

On peut donc présager, sans crainte de se tromper, que le Québécois amorcera la campagne avec Max Pacioretty sur sa gauche. D’ailleurs, les deux patineurs ont déjà commencé à bâtir leur relation et développé leurs affinités.

Puisque sa femme a donné naissance au troisième enfant du couple au cours de la saison morte, Pacioretty a choisi de passer l’été à Montréal. Par conséquent, Drouin et lui ont eu l’occasion de faire connaissance en s’entraînant ensemble.

« Depuis le début de l’été, je suis avec lui. On patine, on s’entraîne au gym et on dîne ensemble. Ça fait longtemps que Max marque des buts. Alors, de patiner avec lui et d’obtenir ses impressions sur la façon dont ça se passe à Montréal m’aide beaucoup. »

Les talents de fabricant de jeu de Drouin et le puissant tir de Pacioretty pourraient offrir au Canadien une combinaison explosive. Une possibilité qui fait déjà saliver le capitaine du Tricolore.

« C’est un joueur très talentueux. L’un des meilleurs avec qui j’ai foulé la glace, a lancé celui qui a franchi le plateau des 30 buts à chacune des cinq dernières saisons complètes. J’espère qu’il y aura une belle complicité entre nous. Tu veux jouer avec un gars comme lui, avec quelqu’un qui te cherche constamment sur la patinoire. Je sais qu’il m’aidera beaucoup. »

Tous les yeux sur lui

Malgré les bons mots du capitaine et les plans que semble avoir l’entraîneur pour lui, Drouin refuse de voir trop loin et tenir le poste de premier centre pour acquis.

« Tous les joueurs ont un poste à gagner. C’est à moi d’arriver au camp d’entraînement bien préparé. »

D’ailleurs, il sait que dès l’ouverture du camp, le 14 septembre, les yeux des amateurs seront constamment braqués sur lui. À l’image des coéquipiers de Drouin, les attentes des partisans du Canadien sont élevées à son égard. Une pression avec laquelle il assure s’être déjà familiarisé.

« Ma vie a extrêmement changé. Tu ne peux plus aller à l’épicerie. Tu te fais reconnaître tout le temps. Je m’y attendais et ça ne me dérange pas. Je commence à être habitué. »

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.