/news/currentevents
Navigation

Trafic de cocaïne en Australie: les procès repoussés à l’hiver prochain

Les causes de Mélina Roberge (sur la photo) et d’André Tamine ne seront pas entendues avant le 26 février prochain
Photo tirée d'instagram Les causes de Mélina Roberge (sur la photo) et d’André Tamine ne seront pas entendues avant le 26 février prochain

Coup d'oeil sur cet article

SYDNEY | Les procès de deux des trois Québécois accusés dans une affaire d’importation de cocaïne en Australie ne se tiendront finalement pas avant l’année prochaine.

Les causes de Mélina Roberge et d’André Tamine ne seront pas entendues avant le 26 février prochain, a indiqué une porte-parole de la Cour du district de New South Wales dans un courriel adressé à l’Agence QMI.

Tous deux demeureront détenus d’ici la suite des procédures.

Mélina Roberge, Isabelle Lagacé et André Tamine avaient été arrêtés le 28 août 2016 à bord du «MS Sea Princess», un bateau de croisière. Le trio avait été accusé d’avoir tenté d’importer en Australie 95 kilos de cocaïne évalués à 31 millions $. La drogue était dissimulée dans des valises dissimulées dans la cabine partagée par les deux femmes et dans celle occupée par Tamine, selon la police australienne.

L’histoire avait fait grand bruit, notamment en raison des nombreuses photos des jeunes femmes publiées sur les réseaux sociaux au cours de leur voyage autour du monde.

Depuis, Isabelle Lagacé a plaidé coupable d’avoir tenté d’importer la drogue. Un interdit de publication, valide pour la durée du procès de Mélina Roberge, empêche toutefois de dévoiler sa peine.

Pour leur part, Roberge et Tamine ont plaidé non coupables. Ils risquent la prison à vie s’ils sont condamnés.

La justice australienne prévoit que les procès de Roberge et Tamine dureront environ cinq semaines.