/news/society
Navigation

Des migrants entrés par un poste frontalier renvoyés aux États-Unis

Des migrants entrés par un poste frontalier renvoyés aux États-Unis
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Montréal | Des migrants arrivés à un poste frontalier canadien pour y déposer une demande d’asile ont été renvoyés aux États-Unis, où ils sont emprisonnés avant d’être renvoyés dans leur pays d’origine, a indiqué vendredi une responsable d’un organisme d’accueil.

«Ils sont 16, dont 11 d’origine haïtienne, mais aussi des Mexicains ou Camerounais» à avoir voulu déposer une demande d’asile à un poste frontalier canadien, avant d’être renvoyés du côté américain, a expliqué Nadège Jean-Mardy, directrice de l’Action d’entraide multifonctionnelle (ADEM) sur les ondes de Radio-Canada.

Contrairement à des milliers de migrants, principalement des Haïtiens, qui passent illégalement au Canada par un sentier forestier, ces migrants ont voulu emprunter la voie légale comme les autorités canadiennes les y encouragent, a-t-elle assuré après les avoir rencontrés à la prison américaine de Plattsburgh, au nord de l’État de New York et à 40 km de la frontière canadienne.

«Ils se sont présentés au poste frontalier régulier après avoir entendu le Premier ministre» Justin Trudeau, a-t-elle assuré.

Avec l’afflux de demandeurs d’asile depuis deux mois au Québec, Justin Trudeau avait enjoint les personnes désirant demander le statut de réfugié à passer par les «procédures habituelles» d’immigration pour effectuer leurs formalités plutôt que de traverser la frontière illégalement.

Mais en passant par un poste frontalier, les migrants tombent sous le coup de l’entente canado-américaine sur les tiers pays sûrs, datant de 2004, et qui stipule qu’une personne demandant l’asile doit déposer sa demande dans le premier pays où elle entre, soit le Canada ou les États-Unis.

Faute d’avoir déposé leur demande côté américain, ces migrants sont donc considérés comme illégaux en repassant la frontière en sens inverse. Ils sont donc ensuite incarcérés en attendant la mise en oeuvre de la procédure d’expulsion.

L’opposition demande au gouvernement Trudeau de dénoncer cette entente sur les tiers pays sûrs, afin d’éviter aux migrants de passer illégalement la frontière, parfois au péril de leur vie.