/news/green
Navigation

Du pétrole plus risqué pour l’eau potable

Trois millions de Québécois pourraient être affectées en cas de fuite dans le pipeline d’Enbridge

Enbridge a annoncé l’an dernier aux États-Unis un plan d’investissement de 7 millions $ pour acquérir du matériel supplémentai­re, comme ce type d’estacade flottante, afin de faire face à un déversement sur l’eau.
Photo Courtoisie, Enbridge Energy Enbridge a annoncé l’an dernier aux États-Unis un plan d’investissement de 7 millions $ pour acquérir du matériel supplémentai­re, comme ce type d’estacade flottante, afin de faire face à un déversement sur l’eau.

Coup d'oeil sur cet article

Une partie du pétrole qui circule dans le pipeline 9B d’Enbridge coulerait au fond de l’eau en cas de fuite, ce qui rendrait beaucoup plus difficile son nettoyage et augmenterait le risque pour l’eau potable de trois millions de personnes.

D’après des informations obtenues par Le Journal, du bitume dilué provenant des sables bitumineux circule dans la ligne 9B qui traverse des cours d’eau essentiels à l’approvisionnement en eau potable de la région montréalaise.

La présence de ce produit inquiète au plus haut point les écologistes et les experts du Centre national de formation en traitement de l’eau, car il pose un risque plus important pour les sources d’eau et les autorités municipales ne sont pas outillées pour y faire face.

« On fait encore comme si c’était un pétrole comme les autres, mais la science a clairement démontré que non. Il faut avoir un plan d’urgence et des équipements adaptés au bitume dilué. Le contraire est complètement irresponsable », gronde Patrick Bonin, de Greenpeace.

Enbridge refuse de rendre public le volume ou la fréquence de livraison du produit. « Cette information est confidentielle, car elle concerne nos clients », répond le porte-parole Herb Shields.

Eau potable

Le bitume dilué peut être transporté « à des fréquences et quantités variables selon les commandes reçues par la compagnie », complète l’Office national de l’énergie, qui explique que la conduite est conçue pour recevoir différents types de pétroles.

« Le bitume dilué est plus difficile à récupérer et il contamine la colonne d’eau dans toute sa profondeur, donc il est beaucoup plus problématique que le pétrole conventionnel », prévient Guy Coderre, du Centre national de formation en traitement de l’eau.

Situées entre deux et quatre mètres de profondeur, les prises d’eau de la région montréalaise pourraient échapper à une nappe de pétrole en surface, mais face à un polluant qui coule, elles n’auraient aucune échappatoire, explique l’expert.

« Il y a une frivolité dans la manière dont l’industrie traite les sources d’eau potable, pourtant il y a un risque très réel », insiste Karel Mayrand, le directeur général de la Fondation David-Suzuki au Québec.

Une mélasse qui coule

Le bitume dilué, aussi appelé « dilbit », est en fait du goudron auquel on ajoute un cocktail de solvants pour le rendre liquide. Sans cela, la matière ne pourrait pas circuler dans un pipeline, car elle a la consistance du beurre d’arachide.

Une fois le « dilbit » répandu dans l’eau, les solvants s’évaporent plus ou moins rapidement selon la température ambiante, laissant derrière eux une masse noire visqueuse qui coule, car elle est plus lourde que l’eau.

C’est ce qu’a documenté la National Academy of Science (NAS) aux États-Unis en étudiant le comportement du « dilbit » déversé dans la rivière Kalamazoo, au Michigan, en 2010.

L’Agence de protection environnementale américaine a dû exiger qu’Enbridge drague le fond de la Kalamazoo pour y retirer le bitume, deux ans et demi après le déversement.

Les villes seules face à un potentiel désastre

Il n’y a pas un mot sur l’approvisionnement en eau potable des Mont­réalais en cas de déversement, dans le plan d’urgence d’Enbridge.

Il n’y a « aucune information sur le maintien de la production de l’eau potable ou la distribution d’eau embouteillée, indique Guy Coderre, du Centre national de formation en traitement de l’eau. Les villes seront laissées à elles-mêmes », prévoit-il.

« Si le réseau de distribution de Montréal est contaminé, ce n’est pas Enbridge qui devra régler le problè­me », complète Karel Mayrand, le directeur général de la Fondation David-Suzuki au Québec.

Conscients des risques, les élus de la Communauté métropolitaine de Montréal ont formé le 3 août un comité d’étude chargé d’assurer l’alimentation en eau potable de la région en cas de déversement.

Enbridge assure pour sa part que son personnel serait au travail « dans un délai de deux heures » en cas d’accident.

« La détection et les mesures pour atténuer ou arrêter le flux de déversements peuvent être prises en quelques minutes », insiste le porte-parole de l’entreprise, Herb Shields.

Impuissance

La compagnie possède tout un arsenal pour faire face à un déversement, dont des caravanes de décontamination, des embarcations, des barrages mobiles et différents types d’estacades.

Mais tout ce matériel risque d’être peu utile face au « dilbit », estime M. Coderre. Toute intervention humaine pourrait en fait être impossible dans les premières heures suivant un déversement de pétrole dilué, dit-il, car l’évaporation des solvants contenus dans le bitume pose un risque pour la santé.

C’est sans compter le risque d’explosion, ajoute Patrick Bonin, de Greenpeace. En raison de cette éventualité, Enbridge prévoit une zone d’évacuation de 1,6 km autour d’une fuite, indique-t-il.

Une fois les solvants évacués, poser des estacades flottantes pour retenir la nappe comme on le fait en cas de marée noire s’avérerait peu utile face à du « dilbit », ajoute M.Bonin.

Dans la rivière Kalamazoo, au Michigan, les contaminants passaient sous les estacades et suivaient le fil du courant sur toute la profondeur de la colonne d’eau.

« Il n’y a pas de plan d’urgence quand c’est du ‘‘ dilbit ’’, parce qu’on est tout simplement incapable de le ramasser », résume M. Mayrand.

La Ligne 9B d’hier à aujourd’hui

  • 1976 Année de construction
  • 1998 Année d’inversion du flux de l’est vers l’ouest pour importer du pétrole étranger
  • 2015 Année d’inversion du flux de l’ouest vers l’est pour alimenter les raffineries de Montréal en pétrolenord-américain
  • 639 kilomètres de tuyau entre North Westover, en Ontario, et Montréal, au Québec
  • 300 000 barils de pétrole par jour transportés