/auto/news
Navigation

Des étudiants québécois battent un record du monde

Chinook 2017
ÉTS

Coup d'oeil sur cet article

Une équipe étudiante de l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal a battu un record du monde avec son véhicule éolien.

Chinook, c’est le nom du bolide, est devenu la voiture éolienne la plus performante au monde en atteignant un ratio d’efficacité record de 102,45%.

Chinook 2017
ÉTS

 

«Dans l’univers des véhicules éoliens, la performance ne se calcule pas en km/h, mais plutôt selon un ratio d’efficacité, explique sommairement l’ÉTS par voie de communiqué. Celui-ci est obtenu en divisant la vitesse moyenne du véhicule par la vitesse moyenne du vent, laquelle est calculée par des anémomètres positionnés en bordure du parcours de 500 mètres.»

 

À lire aussi: Des étudiants de l'ÉTS font briller le Québec en Californie

 

Bref, un ratio d’efficacité de 100% correspond à un véhicule qui se déplace à la même vitesse que celle du vent. Avec son ratio de 102,45%, le véhicule montréalais a donc filé plus rapidement que la source d’énergie qui l’alimente!

Avec cette marque, Chinook efface ainsi le record mondial de 101,76% qui appartenait à une université du Danemark.

Chinook 2017
ÉTS

 

Une première position

Le nouveau record a été enregistré lors de la compétition internationale Racing Aeolus 2017, qui se tenait à Dan Helder, au Nord des Pays-Bas, du 24 au 26 août derniers.

Avec une performance aussi mémorable, Chinook a sans surprise remporté les honneurs de cette dixième édition de Racing Aeolus. «On a misé gros cette année et on a complètement redessiné le véhicule, explique Nicolas Côté, vice-président mécanique de l’équipe. La qualité de la conception et de la fabrication nous a permis de réaliser ces performances historiques et nous en sommes très fiers.»

Chinook 2017
ÉTS

 

Maintenant à sa septième génération depuis ses débuts, Chinook a été constamment amélioré par les équipes de l’ÉTS qui se sont succédées au fil des ans. Cette année, un nouveau châssis a permis retrancher 25 kilogrammes au poids du véhicule tout en générant trois fois moins de frottement aérodynamique que la version précédente.

En plus de l’équipe montréalaise, des véhicules du Danemark, de la Turquie, de l’Allemagne et des Pays-Bas prenaient part à l’événement.