/news/politics
Navigation

Rien ne va plus avec la partielle dans Louis-Hébert

La CAQ et le PLQ retirent leur candidat de la course

Le candidat libéral Éric Tétrault a annoncé qu’il se retrait de la course à la succession de Sam Hamad peu de temps après que le candidat caquiste, Normand Sauvageau, ait fait de même en raison d’antécédents en matière de harcèlement au travail.
Photo Didier Debusschere Le candidat libéral Éric Tétrault a annoncé qu’il se retrait de la course à la succession de Sam Hamad peu de temps après que le candidat caquiste, Normand Sauvageau, ait fait de même en raison d’antécédents en matière de harcèlement au travail.

Coup d'oeil sur cet article

Du jamais vu: une semaine après le déclenchement de l’élection partielle dans Louis-Hébert, les candidats du PLQ et de la CAQ ont chacun été contraints de se retirer en raison d’antécédents en matière de harcèlement au travail.

Après avoir passé la journée à s’excuser et à répéter qu’il ferait campagne jusqu’au bout, Éric Tétrault a finalement décidé de se retirer de la course.

Celui qui portait les couleurs du PLQ en espérant succéder à Sam Hamad a annoncé sa décision peu de temps après que la CAQ ait fait de même avec Normand Sauvageau, qui cachait un squelette dans le placard.

«J’ai parlé à mon fils de 7 ans vers 16h30 aujourd’hui, et j’ai vu que, même à un si jeune âge, il encaissait et ce n’est pas drôle pour lui, ni pour ma femme ni pour mon autre jeune fils et je me suis dit: on ne fera pas ça, on va arrêter ça maintenant», a confié M. Tétrault à Radio-Canada, en début de soirée.

En eaux troubles

Au lendemain de l’inauguration de son local électoral, M. Tétrault s’est retrouvé en eaux troubles, mercredi, après que La Presse ait révélé les conclusions d’un accablant rapport confidentiel en matière de harcèlement psychologique remontant à l’époque où il dirigeait les affaires publiques chez ArcelorMittal, de 2011 à 2014.

Selon ce qui a été rapporté, un expert aurait conclu que M. Tétrault avait harcelé psychologiquement deux employées, en plus de faire des remarques sur l'apparence physique.

«Oui, ç’a pu m’arriver de dire qu’une femme était particulièrement élégante aujourd’hui. Bien moi, j’essaie d’être gentil quand je fais ça», avait expliqué M. Tétrault en entrevue avec Le Journal, mercredi après-midi.

Sauvageau confronté par Le Journal

M. Sauvageau a quant à lui envoyé sur le coup de 17h une déclaration confirmant son retrait de la campagne électorale dans Louis-Hébert.

La décision a été prise quelques heures après que notre Bureau parlementaire l’ait confronté sur les circonstances entourant son départ prématuré de la Banque Scotia, en 2016.

Selon nos informations, un dossier de harcèlement psychologique impliquant M. Sauvageau aurait été ouvert par la banque à la suite d’une plainte. Cela aurait eu pour effet de précipiter son départ pour la retraite, après 39 ans de carrière. M. Sauvageau avait toutefois «omis» d’en informer la CAQ.

«Une erreur»

«Aujourd’hui, je réalise à quel point c’était une erreur. J’aurais dû informer la CAQ de ces événements d’entrée de jeu, plutôt que d’y être contraint par l’appel du journaliste», a relaté M. Sauvageau.

M. Sauvageau, qui avait refusé mercredi matin de se lancer dans une campagne de «salissage» contre le libéral Éric Tétrault, craignait de devenir «une distraction» par rapport aux enjeux qui concernent les électeurs de Louis-Hébert.

«À la CAQ, c'est tolérance zéro. J'ai agi dès que j'ai su. Je procéderai à l'annonce d'une nouvelle candidature sous peu», a réagi sur Twitter le chef caquiste François Legault.

La CAQ ne savait pas pour Sauvageau

Malgré les vérifications effectuées au préalable, la Coalition avenir Québec ignorait que Normand Sauvageau avait quitté son emploi à la Banque Scotia dans la tourmente.

«Il y a plus d’un an, j’ai pris ma retraite après 39 ans de carrière, dans des circonstances difficiles sur le plan des relations de travail», a finalement avoué M. Sauvageau, dans une déclaration écrite transmise aux médias en toute fin de journée, mercredi.

Quelques heures avant d’annoncer cette décision, M. Sauvageau avait été confronté par notre Bureau parlementaire sur des informations obtenues au sujet de son départ de la Banque Scotia, en 2016.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, une intervention de l’employeur à la suite du dépôt d’une plainte concernant le comportement de M. Sauvageau aurait eu pour effet de précipiter son départ à la retraite.

Aujourd’hui âgé de 62 ans, M. Sauvageau a travaillé pendant plusieurs années en tant que directeur de la succursale de Place Québec et chef d’équipe pour tout l’est de la province.

De façon «abrupte»

Pressé de questions à ce sujet par Le Journal, alors qu’il venait tout juste de déposer son bulletin de candidature, M. Sauvageau a refusé de revenir sur les événements, se limitant à confirmer que son départ à la retraite s'était effectivement déroulé de façon «abrupte».

Devant l’insistance de l’auteur de ces lignes, M. Sauvageau, qui se trouvait alors avec le vice-président Est-du-Québec de la Coalition avenir Québec, Mario Asselin, a mis fin à l’entrevue téléphonique sous prétexte d’un autre rendez-vous médiatique, mais avec promesse de s’expliquer un peu plus tard dans la journée.

M. Asselin a par la suite sans cesse repoussé la reprise de l’entrevue avec M. Sauvageau, qui ne nous a finalement jamais rappelés.

«Par respect pour les électeurs de Louis-Hébert, les militants et bénévoles de la CAQ, mon ancien employeur et mes ex-collègues, la meilleure décision était donc de me retirer», a indiqué avec regrets M. Sauvageau, dans sa déclaration écrite envoyée vers 17h.

Ironiquement, mercredi matin, le député caquiste André Spénard a commenté les dernières révélations sur le libéral Éric Tétrault en assurant que son équipe aurait «fouillé» davantage dans son passé si ce dernier avait été candidat pour la CAQ.

«Si jamais il avait été candidat, vous pouvez être certains qu’on aurait fait une enquête approfondie», a dit le député caquiste de Beauce-Nord.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.