/finance/news
Navigation

Près de 40 % des locataires québécois ne détiennent pas d’assurance habitation

BLOC Assurance
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il n’est pas rare, à la suite d’un incendie ou d’une inondation, de constater que des locataires ne détiennent pas d’assurance habitation. Quand le feu ou l’eau ont causé d’importants dommages, ces personnes se retrouvent souvent devant rien – ou devant une grosse facture –, d’autant plus que l’assurance habitation couvre également la responsabilité civile.

Le Bureau d’assurance du Canada (BAC) dit s’inquiéter «de constater qu’un trop grand nombre de Québécois ne détient toujours pas d’assurance habitation», 37 % des locataires de la Belle Province n’ayant pas souscrit d’assurance habitation, selon un sondage mené au Québec pour le compte du BAC auprès de 3076 personnes.

Le Bureau qualifie la situation de «déplorable» parce qu’elle met à risque la sécurité financière de plusieurs ménages québécois.

Les répondants du coup de sonde évoquent dans 48 % des cas le coût élevé des assurances habitation pour justifier qu’ils ne sont pas protégés. Selon les chiffres évoqués par le BAC, «près de 70 % des locataires assurés ne déboursent pas plus de 22 $ mensuellement pour leur assurance», écrit-on, par communiqué.

Le tiers des gens disent que leurs biens n’ont pas assez de valeur pour justifier qu’ils soient assurés, alors que 15 % des répondants croient que leur propriétaire les couvrira en cas de pépin, ce qui est faux. Les 65 ans et plus sont encore plus nombreux à croire que l’assurance habitation de leur proprio les indemnisera.

Enfin, 16 % des gens évoquent l’oubli pour expliquer le fait qu’ils n’ont pas souscrit une assurance habitation.

«Ce nouveau sondage nous indique que la population doit encore être sensibilisée aux risques qu’elle court sans assurance habitation. En plus de tout perdre et de ne plus avoir de toit au-dessus de leur tête, les locataires non assurés pourraient avoir à indemniser leur propriétaire s’ils étaient reconnus responsables du sinistre», a dit Anne Morin, responsable des affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada.

Selon les résultats du sondage, moins de 50 % des locataires du Québec sont au fait qu’ils auraient la responsabilité de réparer ou de rembourser les biens endommagés en cas d’incendie ou d’inondation dans leur appartement.

«Il est intéressant de constater que bien qu’ils connaissent les protections de base de l’assurance habitation, les locataires non assurés sont encore nombreux à ignorer que c’est à eux que reviendrait la responsabilité de réparer ou de remplacer des biens qui auraient été endommagés par leur faute à la suite d’un sinistre», a indiqué Mme Morin.