/sports/soccer/impact
Navigation

Match crucial

Le club montréalais doit gagner pour maintenir ses chances de participer aux séries

SPO-SOCCER-IMPACT-ORLANDO-CITYSC
Photo d’archives, Ben Pelosse Après avoir raté le match de la semaine dernière, Laurent Ciman défendra les couleurs de l’Impact samedi soir.

Coup d'oeil sur cet article

FOXBOROUGH | Si l’Impact veut conserver une chance de participer aux séries éliminatoires, il doit voler trois points au Revolution de la Nouvelle-Angleterre samedi soir.

La tâche ne s’annonce toutefois pas facile puisque les Revs sont d’une efficacité redoutable à domicile avec une fiche de 9-2-2.

La victoire du Bleu-blanc-noir (36 points) est essentielle d’abord pour freiner la série de défaites à deux et parce que toutes les équipes qu’il pourchasse seront elles aussi en action samedi ou dimanche.

Outre les Red Bulls de New York (40 points) qui visitent le Fire de Chicago (44 points) samedi, toutes les formations joueront à domicile. Ça sera le cas de Columbus (42 points) et Atlanta (36 points), dimanche.

Être au top

Laurent Ciman, qui effectue un retour après s’être absenté, la semaine dernière, pour porter les couleurs de la Belgique, sait que le défi est grand.

« C’est sûr que si on veut aller décrocher quelque chose là-bas, il va falloir être au top, ça va se jouer sur des détails.

« On sait que ça va être un match compliqué, comme le reste des matchs qu’on aura. »

Mauro Biello espère qu’après quatre matchs à domicile, son équipe saura s’inspirer de sa dernière sortie à l’étranger, où elle avait marqué trois buts.

« La dernière fois qu’on a joué sur la route, on a été capables de compter contre Philadelphie, il faut reproduire ces moments. »

Sortir la tête de l’eau

Après un mois d’août ponctué de quatre victoires consécutives, le XI montréalais a trébuché avec deux défaites de suite.

« On avait sorti la tête de l’eau avec les quatre victoires de suite, mais on est retombés un peu. Malheureusement, on est retombés dans une zone rouge où l’on se doit d’obtenir des résultats si on veut faire partie des séries », a indiqué Ciman.

Blerim Dzemaili, qui est lui aussi de retour après avoir défendu les couleurs de la Suisse, il y a une semaine, estime que c’est l’absence de plusieurs cadres qui a nui.

« On a eu des moments difficiles parce que tous les joueurs importants n’y étaient pas. On a bien joué quand nous y étions tous. »

Jouer plus vite

C’est Anthony Jackson-Hamel qui sera l’attaquant de confiance de Mauro Biello. D’ailleurs, Matteo Mancosu n’a pas fait le voyage puisqu’il a subi une fracture de la main gauche cette semaine. Mais malgré cet incident, Jackson aurait tout de même eu le départ.

« On joue bien avec Jackson et Matteo. Je ne pense pas qu’il va y avoir beaucoup de changements », assure Dzemaili.

Le milieu d’expérience croit que l’équipe doit ajuster sa rapidité d’exécution pour connaître plus de succès.

« Nous avons des qualités, mais parfois, nous jouons trop lentement et nous devons lancer le ballon vers l’attaquant et les ailiers plus rapidement pour que notre jeu s’améliore. »

« Les qualités, on les a, il ne faut pas douter de ce qu’on est physiquement, mais c’est sûr que mentalement, on doit en donner plus pour ses coéquipiers et pour l’équipe », a ajouté Laurent Ciman.

Dans le camp du Revolution, il y a quelques incertitudes. Les milieux Lee Nguyen (cuisse) et Diego Fagundez (cuisse) représentent des cas douteux.

Dans le cas de Nguyen, ça ne peut être qu’une bonne nouvelle puisqu’il est au sommet des passeurs de la MLS.

 

Revolution: Nguyen en état de grâce

On parle beaucoup de Kei Kamara à la veille d’une confrontation face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre, mais il ne faut pas oublier Lee Nguyen.

Le milieu de terrain a connu un match du tonnerre, samedi dernier, en amassant quatre passes dans une victoire de 4 à 0 sur Orlando. Il est ainsi devenu le cinquième joueur de l’histoire à réaliser pareil exploit.

Nguyen a déjà 14 passes cette saison, à égalité avec Victor Vazquez au sommet de la colonne des passeurs de la MLS.

Revolution: Domination au Gillette Stadium

Si le Revolution se retrouve derrière l’Impact, c’est qu’il n’a amassé que 3 points en 13 matchs à l’étranger en vertu d’une fiche de 0-10-3.

Les choses sont toutefois bien différentes au Gillette Stadium, où il présente un dossier de 9-2-2. Le Revolution a marqué 33 buts à domicile et n’en a accordé que 13.

La dernière défaite des Revs à Foxborough remonte au 5 juillet. Ils ont depuis remporté quatre matchs de suite.