/finance/news
Navigation

Votre propriété en Floride est-elle assurée ?

dvp
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’ouragan Irma frappe la Floride. Votre propriété est-elle assurée adéquatement ?

Il y aurait 500 000 condos ou maisons appartenant à des Canadiens en Floride. On estime qu’environ 150 000 Québécois habitent en permanence dans le sud de l’État, principalement autour d’Hollywood, Fort Lauderdale et un peu partout dans le comté de Broward, dans la trajectoire d’Irma.

Or, plusieurs d’entre eux ne bénéficient pas de couverture d’assurance adéquate en cas d’ouragan !

L’ouragan Harvey a laissé 1,5 mètre de pluie à Houston. On s’attend à ce qu’Irma arrose moins sévèrement les régions de Floride où se concentrent les Québécois. Même si le système de gestion des inondations est plus sophistiqué dans le Sunshine State qu’au Texas, les dommages seront catastrophiques.

Couvert ou pas ?

Un contrat d’assurance habitation standard en Floride exclut les dommages causés par les ouragans, surtout par les inondations. Il faut acheter une couverture supplémentaire, ainsi qu’une autre contre les dommages causés par le vent, surtout si vous êtes en région côtière. Dans les zones à risque d’ouragan, les couvertures sont souvent offertes seulement par des assureurs étatiques de dernier recours, comme la Citizens Property Insurance Corporation ou le National Federal Insurance Program.

Le hic, c’est que leurs couvertures ont un plafond de 350 000 $ US pour les dommages causés au bâtiment et à la propriété. Pour en avoir plus, il faut dénicher une assurance excédentaire (très dispendieuse) chez les assureurs privés. Dans le Sud floridien, la prime annuelle moyenne d’une couverture anti-inondations se situe à 700 $ US. Dans le comté de Miami-Dade, ça varie de 930 $ US pour un condo à 3400 $ US pour une petite unifamiliale. Si cette dernière est située à Orlando, on parle de 1400 $ US.

Si la majorité des Québécois achètent leur propriété comptant (souvent en ayant un financement réalisé ici), ceux qui possèdent une carte verte ou un permis de travail peuvent obtenir de l’aide fédérale américaine dans les zones sinistrées (s’ils ont une hypothèque, l’assurance est obligatoire). Mais la plupart des snowbirds en sont exclus.

L’Associated Press rapporte que seulement 41 % des propriétaires sont assurés contre les inondations dans les zones à risque. Et dans celles visées par un ordre d’évacuation, seuls 34 % ont une couverture adéquate.

Conseils

  • L’assurance habitation standard couvre généralement jusqu’à 80 % du coût de reconstruction dans les zones à risque d’ouragan.
  • L’assurance inondation excédentaire dans les zones à risque paie comptant le coût de remplacement, moins la dépréciation. Si les dommages proviennent de refoulements d’égout ou de bris de tuyauterie, vous n’êtes pas couvert. Tout comme les piscines, le paysagement et les rénovations au sous-sol.
  • Certaines polices ne couvrent pas ou insuffisamment les frais de subsistance.
  • Si vous avez contracté votre assurance 30 jours avant l’arrivée de la tempête, l’assureur pourrait refuser de vous indemniser.
  • Gardez vos factures et une copie de votre contrat d’assurance au sec ! Prenez des photos de votre propriété et de son contenu.
  • Automobile : la combinaison de couvertures tous risques et collision suffit en cas d’ouragan, mais pas la couverture minimale en responsabilité civile. La prime annuelle moyenne se situe à environ 450 $ US. Depuis mardi, de nombreux assureurs refusent les nouveaux clients.