/finance/business
Navigation

À quoi carburent les grands leaders?

Jacqueline Cardinal de la Chaire Pierre-Péladeau de HEC Montréal lance son nouvel ouvrage

Lancement Cinq clés du leadership
Photo Pierre-Paul Poulin Pierre Karl Péladeau et l’auteure Jacqueline Cardinal, lors du lancement du livre Cinq clés du leadership appliquées à cinq leaders internationaux, à Montréal. Dans son ouvrage, elle se penche sur le parcours de « leaders chouchous ».

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir écrit une quarantaine de cas d’entreprises et neuf biographies sur des gens d’affaires d’ici et d’ailleurs, Jacqueline Cardinal, de HEC Montréal, récidive avec un nouveau livre sur les caractéristiques du « leadership d’exception ».

Son ouvrage, Cinq clés du leadership appliquées à cinq leaders internationaux, était officiellement lancé jeudi soir à la Chaire de leadership Pierre-Péladeau de HEC Montréal, en compagnie de plusieurs invités, dont Pierre Karl Péladeau, le grand patron de Québecor.

Dans son livre, Jacqueline Cardinal étudie le parcours de ses cinq « leaders chouchous » comme elle les appelle : les Québécois René Angélil et Ève-Lyne Biron (golfeuse de calibre international et ancienne présidente de Biron Groupe Santé), Katharine Graham (éditrice du Washington Post à l’époque du scandale du Watergate), Gerard Mortier (directeur de l’Opéra national de Paris, qui a révolutionné cet art, qui tombait en désuétude) et Glenn Lowry (directeur du Museum of Modern Art de New York).

« Ils savent où ils s’en vont, comment y arriver, et avec qui. Ils se connaissent bien. Ce sont aussi des personnalités charismatiques qui ont la capacité de convaincre leur entourage de les suivre dans leurs projets », écrit-elle.

Ce sont ces « cinq clés » que possèdent, à des degrés divers, les leaders d’exception, selon la biographe.

Gens d’affaires du Québec

Deux personnalités d’affaires québécoises symbolisent les cinq caractéristiques du leader d’exception identifiées par l’auteur : René Angélil et Ève-Lyne Biron.

René Angélil : l’homme qui savait où il allait... et qui s’y est rendu. La clé dominante de René Angélil, estime Jacqueline Cardinal, est qu’il savait où il allait, et qu’il avait l’intime conviction qu’il s’y rendrait. « Il s’est tenu, très tôt, à un seul objectif, dit l’auteure : conquérir le monde de la musique pop, à l’échelle mondiale. Il a partagé cette ambition de réussir avec Céline Dion. Il a trouvé en elle le diamant brut qu’il recherchait depuis toujours. »

René Angélil atteindra la gloire après avoir fait des erreurs dont il saura tirer des leçons. Il se connaissait aussi fort bien.

« Il était très lucide sur lui-même, dit Jacqueline Cardinal. Il a su très tôt, à l’époque des Baronets, qu’il ne serait pas chanteur. Ni ne ferait fortune au casino, malgré qu’il ait créé une formule supposément gagnante ! Vulnérable au jeu, il a demandé à son comptable de contresigner les chèques des Productions Feeling. »

Approche originale

De son côté, Ève-Lyne Biron possède aussi les cinq clés du leadership. « Elle se démarque toutefois, dit Jacqueline Cardinal, par son approche originale de la gestion des ressources humaines. »

Sa clé dominante est d’avoir bien cerné les gens qui ont travaillé pour l’entreprise familiale. Elle les a sortis de leur zone de confort et a misé sur leur autonomie. « Et la sportive de haut niveau en elle a aussi su appliquer l’art du golf dans sa gestion », d’ajouter Mme Cardinal.