/entertainment/music
Navigation

Chanson de l’année : des absences remarquées

Andréanne A. Malette et 2Frères ne sont pas en lice dans cette catégorie à l’ADISQ

Andréanne A. Malette a reçu de nombreux messages d’admirateurs qui se disaient déçus et choqués de ne pas voir son succès Fou compter parmi la liste des nommés dans la catégorie chanson de l’année, au prochain Gala de l’ADISQ.
Photo prise par Martin Chevalier Andréanne A. Malette a reçu de nombreux messages d’admirateurs qui se disaient déçus et choqués de ne pas voir son succès Fou compter parmi la liste des nommés dans la catégorie chanson de l’année, au prochain Gala de l’ADISQ.

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain du dévoilement des nominations du prochain Gala de l’ADISQ, plusieurs fans d’Andréanne A. Malette ont exprimé leur déception de ne pas voir Fou obtenir une mention dans la catégorie Chanson de l’année, elle qui a pourtant remporté un immense succès, depuis sa sortie.

Bien que l’artiste dise être en paix avec la situation, elle a tout de même été étonnée de constater que sa composition, lancée en janvier dernier, ne se retrouvait pas parmi les 10 nommées aux côtés de pièces comme Polaroïd (Alex Nevsky) et Kamikaze (Patrice Michaud).

Pour déterminer les chansons en lice dans cette catégorie, l’ADISQ a pris en considération une série de critères, tous énoncés dans la réglementation de son gala (voir encadré). Elle a entre autres compilé les 25 premières positions des tops Radio francophone BDS et Correspondants durant sa période de recensement, qui a eu lieu du 1er juin 2016 au 31 mai 2017.

« Ma chanson est sortie au bon moment, elle était éligible. Elle s’est aussi retrouvée dans les tops BDS et Correspondants. Elle a été numéro un partout », a souligné la chanteuse, qui a également trôné 16 semaines au sommet du Palmarès ADISQ.

Indépendante

Bien qu’elle se soit retrouvée parmi les 40 pièces admissibles à la première ronde du vote, réalisée par les membres de l’Académie et le public dans une proportion de 50-50, sa chanson n’est pas arrivée à se tailler une place au sein des finalistes.

Selon l’artiste, le fait qu’elle mène sa carrière de manière indépendante, elle qui produit désormais l’ensemble de ses projets, pourrait lui avoir nui.

« Il faut que le public sache que c’est le Gala de l’ADISQ et non celui de l’industrie de la musique, a-t-elle dit. Ce n’est pas représentatif de l’industrie de la musique, parce que les artistes indépendants, entre autres, ne sont pas bien représentés.

« Même si on demande aux gens d’être hyper objectifs, je pense que le résultat va toujours ressembler à ça, parce que les gens de l’industrie votent pour leurs poulains », a-t-elle expliqué, précisant qu’elle ferait certainement la même chose, si elle était à leur place.

« Comme je suis indépendante, que je ne fais pas partie d’une grosse boîte, eh bien, je ne suis l’alliée de personne. Je n’ai donc pas de vote de l’industrie. »

Changements

La musicienne estime que les catégories pour lesquelles le public est invité à se prononcer, en marge du gala (c’est le cas des catégories interprètes, groupe ou duo et chanson de l’année), devraient dépendre uniquement d’un vote populaire.

« Pour que ce soit juste pour tout le monde, je pense que pour sélectionner les 40 chansons, on pourrait s’en tenir aux faits et, à partir de là, faire voter les gens. De cette façon, on s’assurerait d’éviter le “filtre” de l’industrie. »

Mario Pelchat, le producteur des albums du groupe 2Frères qui, comme Andréanne A. Malette, n’a pas vu son dernier grand succès (33 tours) se retrouver parmi les nommés dans la catégorie Chanson de l’année, abonde dans le même sens.

« Il y a un nombre incalculable de choses qui ne fonctionnent pas dans ce système obsolète de l’ADISQ, a-t-il souligné. Nous avons droit à nos doléances et d’apporter des commentaires constructifs dans le but de rétablir certains faits et d’ajuster le tir. Moi, je trouve qu’il y a certains systèmes de votation qui sont complètement à revoir, et ce, depuis longtemps. »

Comment sont choisies les dix chansons finalistes ?

  • Les candidatures sont déterminées par une compilation effectuée à partir des 25 premières positions des tops Radio francophone BDS et Correspondants du Palmarès, du top 25 Radio-Canada, du top 25 d’écoute en continu (streaming) et à partir des 25 premières positions du palmarès des ventes de chansons SoundScan.
  • Plus les chansons sont près du sommet du palmarès, plus elles reçoivent de points, et ce, sur une base hebdomadaire.
  • Les 10 chansons finalistes sont choisies à 50 % par l’Académie et à 50 % par le public. Le vote final du gagnant du Félix est effectué à 50 % par l’Académie et à 50 % par le grand public.

Dans les palmarès

  • 2Frères, 33 tours : sept semaines numéro 1 du top 100 BDS et quatre semaines numéro 1 du top 100 Correspondants.
  • Andréanne A. Malette, Fou : quatre semaines numéro 1 du top 100 BDS et neuf semaines dans les cinq premières positions du top 100 Correspondants, dont une au sommet.

*Durant la période de recensement du prochain Gala de l’ADISQ