/finance/business
Navigation

Mine Arnaud: un investisseur se désiste

Coup d'oeil sur cet article

SEPT-ÎLES – À Sept-Îles, sur la Côte-Nord, le projet de Mine Arnaud continue de faire du surplace. Le PDG d'Investissement Québec a révélé vendredi que le dernier investisseur pressenti pour la mine d'apatite s'est désisté il y a quelques jours.

Malgré ce revers, Investissement Québec ne baisse pas les bras et poursuit sa recherche.

Le projet de Mine Arnaud, une mine située dans la baie de Sept-Îles, nécessite un investissement de 800 millions $ et pourrait permettre la création de 300 emplois.

On veut y extraire de l'apatite, qu'on transforme notamment pour faire du phosphate.

Investissement Québec et l'entreprise Yara International sont impliqués dans le projet, mais il faut un troisième investisseur. Celui que le gouvernement avait dans sa mire depuis quelques mois s'est désisté il y a quelques jours.

«On est déçus parce que, quand vous travaillez, vous êtes toujours en anticipation d'y arriver, mais quand vous n'y arrivez pas», s'est désolé Pierre-Gabriel Côté, le PDG d'Investissement Québec.

Ce dernier a ajouté que les gens ont travaillé «très très fort» pour convaincre l'investisseur potentiel.

L'un des principaux problèmes bloquant l'avancement du projet a trait au prix du phosphate sur les marchés. Pour le reste, c'est un projet «clé en main», d'après Investissement Québec.

Mine Arnaud a reçu les autorisations environnementales et il y a un port pour expédier les produits, selon l'organisme gouvernemental, qui voit là des arguments en faveur du projet.

«On a prospecté partout avec des firmes internationales et on va continuer de le faire», a ajouté Pierre-Gabriel Côté.

Malgré cette embûche, autant Développement économique Sept-Îles que le syndicat des Métallos disent garder espoir de finir par trouver un investisseur.