/opinion/columnists
Navigation

Territoire non cédé?

Coup d'oeil sur cet article

C’est la nouvelle tendance : décréter que de grands pans du Québec et du Canada sont en fait des territoires amérindiens non cédés et qu’il faudrait le reconnaître à travers une petite séance de contrition avec chaque événement public qu’ils accueillent.

À Montréal, c’est même devenu la norme. On prononce désormais ces paroles à la manière d’une prière. Et comme hier, ceux qui ne veulent pas la faire sont regardés de travers. On les voit comme d’horribles colonialistes insensibles à la douleur amérindienne.

Nouvelle-France

Mettons les choses en perspective : il y a aujourd’hui une sensibilité nouvelle pour les Amérindiens. C’est une très bonne chose.

On ne saurait tolérer plus longtemps qu’ils vivent dans des conditions semblables à celles du tiers-monde. Que les gouvernements tendent la main, fassent des efforts nouveaux, pour corriger cette situation, cela va de soi.

Mais ce qu’on constate, malheureusement, c’est que cette bonne intention n’est pas sans verser dans une exaspérante démagogie.

Ainsi, on trafique les événements historiques, comme on le voit avec l’histoire de Montréal.

Et on présente désormais les pays issus de l’expansion européenne comme des entités illégitimes.

Fondamentalement, les Québécois, les Canadiens et les Américains seraient des intrus ici. Ils ne seraient pas chez eux. Ils seraient même de trop. On travaille alors à les culpabiliser. On cultive la honte de leurs origines.

Culpabilisation

Les Québécois ne devraient pas être fiers de l’épopée de la Nouvelle­­-France : ils n’auraient pour ancêtres que des envahisseurs. C’est une calomnie.

Il n’y a rien de pire pour comprendre l’histoire que de verser dans l’anachronisme. Quand on juge les époques antérieures à la lumière de nos seules valeurs, on se condamne à les déformer.

On devrait être capable de tendre la main aux Amérindiens sans nous diaboliser nous-mêmes, sans nous présenter comme de vils occupants et sans laisser croire que nous ne sommes pas ici pleinement chez nous.