/news/politics
Navigation

Conseil du statut de la femme: la ministre Thériault aussi ouverte à un changement de nom

caucus liberal
Photo d'archives SIMON CLARK Par courriel, la ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, a fait savoir qu’elle se rangeait aux arguments de la nouvelle présidente du Conseil, en poste depuis février.

Coup d'oeil sur cet article

N’en déplaise à l’opposition, la ministre responsable de la Condition féminine Lise Thériault est aussi ouverte à rebaptiser le Conseil du statut de la femme.

Notre Bureau parlementaire révélait dimanche que la nouvelle présidente du Conseil du statut de la femme ne fermait pas la porte à l’idée de modifier l’appellation de son organisation, crée en 1973.

Louise Cordeau estimait que «l’égalité de droits» entre les hommes et les femmes était «presque acquise» et qu’une telle mesure pourrait notamment permettre de mieux refléter l’évolution de la société. Le combat doit désormais porter sur la question de «l’égalité de faits», soutenait-elle.

La ministre Lise Thériault n’était pas disponible pour répondre à nos questions, lundi. Par courriel, elle a fait savoir qu’elle se rangeait aux arguments de la nouvelle présidente du Conseil, en poste depuis février.

«L’important pour moi c’est d’arriver à cet égalité de fait, qui sera possible par la mise en place d’actions concrètes, et si cela nécessite un changement de nom, il est pertinent d’y réfléchir», a commenté par écrit Mme Thériault, qui a annoncé en juin dernier l’engagement du gouvernement libéral de se doter d’une loi-cadre afin d’atteindre cette égalité d’ici 2021.

Mauvais message

Un nouveau nom n’est toutefois par envisageable pour le Parti québécois, puisqu’il «impliquerait probablement un changement de mission». «Il y a des enjeux d’actualité qui reviennent de façon très périodique [qui confirment] l’importance d’avoir encore cet organisme-là, avec la même vocation», explique la députée Catherine Fournier.

Elle en appelle à la ministre Thériault, afin de «rectifier la situation très rapidement». «Tous les groupes de femmes sont préoccupés depuis les déclarations révélés par votre article», assure Mme Fournier.

Sans dévoiler spécifiquement sa position sur un éventuel changement de nom du Conseil, Québec solidaire a elle aussi réitéré la «pertinence» d’une telle organisation à ce jour. «L’égalité dans les faits, ça s’acquiert aussi quand on a un Conseil du statut de la femme fort, qui n’a pas peur d’être féministe», a commenté Manon Massé, qui compte d’ailleurs rencontrer Mme Cordeau sous peu.