/finance/business
Navigation

Le Québec veut sa «Silicon Valley»

Le Québec veut sa «Silicon Valley»
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le Québec aura son image de marque pour promouvoir l’industrie des technologies de l’information (TI).

Une soixantaine d’entreprises comme Amazon, CGI, Deloitte et des universités présenteront une nouvelle stratégie pour que Montréal devienne une capitale numérique, a appris TVA Nouvelles.

Tout comme la Californie avec sa Silicon Valley et la France avec sa «French Tech», le Québec aura son «technopolys».

L’expression, qui vient de technologie, pôle et lys, pour l’emblème du Québec, doit devenir la fierté de la province croient ses représentants.

«On a déjà de la reconnaissance du monde entier. Moi, j’entends des gens qui parlent de Montréal comme étant la place de l’intelligence artificielle. On doit jouer sur ces facteurs-là», a affirmé le professeur titulaire et directeur scientifique d’IVADO, Yoshuia Benjio.

La stratégie, qui sera présentée mardi, se divisera en deux étapes.

D’abord, le groupe veut attirer le plus grand nombre d’entreprises et d’organisations possibles pour l’année 2017.

Puis, en 2018-2019, il y aura une campagne de promotion du nom technopolys auprès, entre autres, de la population et des gouvernements.

Une vidéo dans laquelle cinq ambassadeurs présentent l’importance et les bienfaits de l’industrie est en ligne sur le site internet technopolys.ca.

«Vous ne lancerez aucun programme quel qu’il soit, aucun produit financier, aucun nouveau produit manufacturier sans l’appui des technologies de l’information», a expliqué le fondateur et président exécutif du conseil de CGI, Serge Godin.

Les technologies de l’information représentent plus de 100 000 emplois à Montréal répartis dans 5250 entreprises.

«C’est un grand contributeur au PIB, on veut que ce soit plus connu par nos jeunes qui vont étudier, mais aussi à l’international», a expliqué le directeur général et cofondateur de l’entreprise Mnubo, qui se spécialise dans l’intelligence artificielle, Frédéric Bastien.

La métropole montréalaise regroupe 72 % des emplois en TI au Québec.

«Ce sont des métiers d’avenir, pas juste à Montréal, dans toutes les régions. Au Saguenay, à Chicoutimi, à Shawinigan, à Sherbrooke, il y a des emplois en technologie, des emplois très bien payés», a précisé Sébastien Barrangé de CGI.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.