/finance/business
Navigation

Détecter les maladies du cœur par une photo

Diagnos veut rivaliser avec Google dans le champ médical

GEN Hadi Chakor
Photo Martin Alarie Le Dr Hadi Chakor affirme qu’une photographie de la rétine peut permettre de détecter des maladies cardiovasculaires. L’efficacité de la technique a été démontrée.

Coup d'oeil sur cet article

Une PME de Brossard entend faire concurrence à des géants comme Google dans l’utilisation de l’intelligence artificielle à des fins médicales. Déjà capable de détecter le diabète avec une simple photographie de la rétine, Diagnos peut maintenant faire de même avec les maladies cardiovasculaires.

Spécialisée dans le dépistage par ordinateur de problèmes de santé graves par l’entremise de la rétine, Diagnos dévoilera ce matin un nouvel outil d’évaluation des risques cardiovasculaires qui permettra de les détecter à un stade précoce, avec une simple photo de l’œil et en quelques minutes à peine, grâce un logiciel.

« Quand on a une maladie cardiovasculaire, elle commence toujours à être visible au niveau des petits vaisseaux sanguins, qui sont difficiles à observer, sauf dans l’œil. L’œil permet de voir les problèmes sans procédure médicale invasive ou coûteuse », explique le Dr Hadi Chakor, médecin-chef de l’entreprise.

L’efficacité de la technique a été démontrée et l’intelligence artificielle sur laquelle elle repose est actuellement en phase de peaufinage auprès de 4000 à 5000 patients dans quatre pays, dont le Canada et les États-Unis.

La mise en marché est prévue pour la première moitié de 2018 et elle suscite déjà l’intérêt du réseau de la santé québécois. Diagnos a déjà des clients dans plusieurs pays.

« La photo est automatiquement envoyée à notre centre de traitement de données à L’Île-des-Sœurs et, en deux minutes, le test est fait, l’intelligence artificielle analyse ce qu’elle voit et on reçoit le résultat. Ça va révolutionner la détection des maladies cardiovasculaires », assure Yves-Stéphane Couture, le vice-président des ventes de Diagnos. Les patients qui en ont besoin pourront ensuite être adressés à un médecin.

Des algorithmes

Google s’est récemment lancé dans ce secteur. Mais Diagnos ne dispose pas des mêmes énormes moyens que de tels géants de l’internet. « On n’a pas la force brute d’ordinateurs de Google, alors on a développé des algorithmes très précis qui apprennent d’eux-mêmes, grâce à des calculs mathématiques. Et ça marche », dit-il.