/finance/business
Navigation

Manque criant de main-d’œuvre dans la région de Québec

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Le bas taux de chômage dans la région de Québec a des conséquences dramatiques sur la disponibilité de la main-d'œuvre, au point où des commerces ont dû mettre la clé sous la porte, faute de personnel.

«Pendant l'été, j'ai fermé tous les lundis, et ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de clients», a confié Marie Létourneau, propriétaire du Resto Délice à Lévis.

Le besoin de personnel est criant, en salle et dans la cuisine. «On ne peut pas faire appel à du personnel étranger, comme les agriculteurs», a expliqué le chef cuisinier Patrick Côté.

Marie Létourneau souhaite que le gouvernement se penche sur la question et trouve des solutions afin d'éviter d’éventuelles fermetures de commerces.

D'ailleurs, le PKF de l'avenue Taniata a décidé de mettre fin à ses activités. Certaines chaînes de restauration rapide ont aussi modifié leurs heures d'ouverture.

Situation exceptionnelle

«C'est spectaculaire! En sept ans, je n'ai jamais vu ça», a raconté Valérie Randone de Drake International, une entreprise spécialisée en placement de personnel, ajoutant que la pénurie touche l'ensemble des secteurs. «On a besoin de chauffeurs, de soudeurs, de mécaniciens, mais [on manque] aussi de postes de direction», a-t-elle ajouté.

Jean-François Boucher, directeur général chez Léviko Hyundai, craint les prochaines semaines. «C'est la saison des changements de pneus, une période achalandée, et on a beau mettre des annonces partout, sur Facebook, faire appel à des agences spécialisées, on a de la difficulté à recruter des mécaniciens et du côté de la vente», a-t-il dit.