/news/transports
Navigation

10 anecdotes insolites sur l'histoire du pont de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le 20 septembre 2017 marque le centenaire de la fin de la construction du pont de Québec. Pas mal tout le monde connaît l’histoire rocambolesque de ses deux écroulements. Pourtant, beaucoup d’autres faits moins connus ont marqué son histoire. Voici donc dix anecdotes insolites sur cette 8e merveille du monde.

Photo courtoisie, Transactions of The Engineering Institute of Canada, 1919

 

1. La 8e merveille du monde. Vraiment?

On classe généralement le pont de Québec au huitième rang des merveilles du monde. On se réfère alors aux sept merveilles du monde antique (la pyramide de Kéops, les jardins suspendus de Babylone, la statue de Zeus à Olympie, le temple d'Artémis à Éphèse, le mausolée d'Halicarnasse, le colosse de Rhodes, le phare d'Alexandrie). Toutefois, il existe aujourd’hui un grand nombre de 8e merveilles du monde. En fait, il s’agit simplement d’une expression pour décrire une construction remarquable.

2. Aussi coûteux à peinturer qu’à construire

Alors qu’on évalue actuellement le coût de peinture de notre 8e merveille à 400 millions $, son coût de construction en 1917 a été de 21,7 millions $, ce qui équivaut aujourd’hui à ... 400 millions $.

3. Un pont à péage

À l’origine, le pont de Québec était strictement ferroviaire. On n’ouvre une voie carrossable que le 22 septembre 1929. Il en coûtait alors 50 ¢ pour la voiture et 10 ¢ par passager. Le péage est aboli le 1er avril 1942.

Photo courtoisie, BaNQ

4. Où se trouve donc le fameux boulon d’or?

Beaucoup de gens sont persuadés qu’il existe sur le pont de Québec un boulon en or. Plusieurs l’ont même recherché. Il aurait été mis en place lors de la cérémonie d’inauguration. Malheureusement, il n’existe aucun document à cet effet et il n’a jamais été retrouvé. Il s’agit d’une belle légende.

5. L’anneau symbolique des ingénieurs

Photo courtoisie, BaNQ

Les ingénieurs portent à l’auriculaire un anneau de fer martelé et rugueux. Au fil du temps, l’anneau se polira, comme le feront le caractère et l’expérience du jeune ingénieur. Symbole puissant. Plusieurs affirment que cet anneau est constitué du fer de la structure du pont qui s’est écroulée en 1907, ajoutant au symbole. Rien n’est plus faux. Il s’agit d’une légende urbaine qu’on a, malgré tout, plaisir à croire.

6. Un pont de Québec pour amuser les enfants

Photo courtoisie, BaNQ

Alors que de nos jours des ensembles de blocs Lego nous permettent de reproduire de grands chefs-d’œuvre de l’architecture contemporaine mondiale, dans les années 1920 on vendait des jeux de Meccano permettant de produire «les merveilles du génie civil» du moment. Et la boîte arborait notre pont de Québec.

7. Un déraillement d’un train nocturne

Dans la nuit du 20 février 1965, un wagon d’un convoi de marchandises déraillait sur le pont de Québec. Il est alors trainé hors rail sur un peu plus d’un kilomètre avant de reprendre lui-même sa place. Une catastrophe aurait pu se produire. Les dégâts se limitent à 2800 dormants de la voie ferrée qui doivent être remplacés.

8. Une rencontre fracassante

Dans la nuit du 20 décembre 1980, le cargo grec Athanasia Comninos est prisonnier des glaces, à marée basse, directement sous le pont. Avant qu’on ne puisse lui venir en aide, la marée monte, entrainant le bateau vers le haut. La cabine de pilotage, les mâts, les instruments de radar et de communication, de même que la partie supérieure de la cheminée sont alors écrasés en allant heurter la partie basse du bras de cantilever situé près du pilier nord. Les dommages au pont sont heureusement limités et vite réparés.

9. Des rivets de très grand format

Les huit chevilles installées le 20 septembre 1917 pour maintenir en place la travée centrale du pont ont toutes été remplacées en 1985. Chacune de ces chevilles a un diamètre de 25 cm, une longueur de 1,2 m et un poids de 662 kg.

10. La rencontre de deux merveilles du monde

Le 6 décembre 1990, un convoi transportant des wagons ferroviaires de l’Eurotunnel sous la Manche traversait le pont de Québec. Il arrivait de l’usine de Bombardier de La Pocatière et se dirigeait vers le quai 51 de port de Québec. Deux 8e merveilles du monde se rencontraient.


* Les renseignements historiques dans ce texte sont tirés du livre de Michel L’Hébreux, Le pont de Québec, Septentrion, 2008.

Vous pouvez consulter le site Internet de la Société historique de Québec ici, ainsi que la page Facebook ici.