/news/politics
Navigation

Un héros de la Seconde Guerre enfin honoré

J. Campbell Clouston
Photo Courtoisie J. Campbell Clouston

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais que plusieurs considéraient comme un héros anonyme de la Seconde Guerre mondiale a été reconnu pour son courage jeudi par le Canada.

Une plaque commémorative a été installée au parc historique du canal Lachine en l’honneur de James Campbell Clouston.

Le capitaine de la marine royale britannique a contribué à sauver la vie de plus de 338 000 soldats pris au piège par les Allemands durant l’évacuation de Dunkerque, au nord de la France, au printemps de 1940.

J. Campbell Clouston
Photo Courtoisie

La famille du défunt attendait une reconnaissance de l’Angleterre qui n’est jamais venue, et a été agréablement surprise que le Canada organise un hommage.

« L’Angleterre n’a jamais voulu faire d’hommage. Il y avait beaucoup de personnes des forces navales qui ont connu le travail de mon père. C’était au-delà de nos attentes, on est bien contents », explique Moray Clouston, l’un des fils du soldat, qui était présent jeudi matin à Montréal.

Film

Le récent film Dunkerque raconte cette époque de la Seconde Guerre mondiale durant laquelle 400 000 soldats britanniques étaient coincés sur une plage française, attendant d’être évacués par leur armée. Le réalisateur Christopher Nolan s’est inspiré de Clouston pour l’un des personnages.

À titre de responsable de la jetée de l’est, Clouston travailla sans relâche pendant six jours sous les tirs ennemis. Faisant preuve de courage, il organisa et supervisa l’embarquement des soldats sur les bateaux pour retourner sur les côtes britanniques.

Moray Clouston admet qu’il n’avait pas vu le long métrage et qu’il ne souhaitait pas le regarder.

« Mon frère et mon neveu ont contacté le réalisateur pour qu’à la fin du film, le nom de mon père soit indiqué, mais il était déjà trop tard », dit-il.

Hypothermie

Selon son fils, le capitaine Clouston est mort vers la fin de l’évacuation, son bateau ayant été bombardé par les Allemands. Il a été rescapé, mais il a refusé de quitter ses hommes et il est mort d’une hypothermie, à cause des eaux froides, en attendant des secours.

Les parents et les grands-parents du héros habitaient dans l’arrondissement de Lachine, ce qui ne pouvait pas tomber mieux pour y installer la plaque. Son petit-fils Milo, venu d’Australie, était également présent jeudi.