/news/politics
Navigation

Une candidate de Laval veut interdire la vente de cannabis

Sonia Baudelot sonia baudelot
Photo courtoisie Sonia Baudelot, candidate d’Avenir Laval

Coup d'oeil sur cet article

La légalisation du cannabis pourrait devenir un enjeu important des prochaines élections municipales.

Déjà, une candidate à Laval souhaite complètement interdire la vente de cette drogue sur son territoire.

La candidate d’Avenir Laval Sonia Baudelot a annoncé que, si elle est élue le 5 novembre, les Lavallois ne pourront pas acheter du cannabis dans leur ville.

Alors que le gouvernement Trudeau prévoit légaliser le cannabis à partir du 1er juillet 2018, Mme Baudelot ne veut pas voir la substance circuler librement à Laval.

« J’utiliserai tous les moyens à ma disposition pour bannir la marijuana de notre ville, c’est une question de santé et de sécurité », dit la candidate.

Sans donner les détails, Mme Baudelot promet d’instaurer un règlement pour interdire les points de vente à moins d’un kilomètre des parcs et des écoles.

« On a bien réussi à éloigner la cigarette et la malbouffe, on peut le faire avec le cannabis », soutient-elle.

Cette position semble prendre de court ses adversaires politiques. Ils la jugent précipitée puisque la loi-cadre pour faire appliquer la légalisation au Québec est toujours en préparation.

Restriction possible

Pourtant, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a tenu vendredi sa réunion de comité d’administration au cours de laquelle la question de la légalisation du cannabis a fait l’objet de discussions.

Selon Danielle Pilette, professeure spécialiste des affaires municipales à l’UQAM, les municipalités peuvent sérieusement restreindre la vente et la production de cannabis sur leur territoire.

« C’est le même principe qu’avec la vente de matériel érotique ou les bars de danseuses, une Ville peut limiter le nombre de boutiques et les installer au fond des parcs industriels, loin des regards », dit-elle.

« Dès notre élection, nous créerons un comité pour réfléchir à l’encadrement de la vente et de la production du cannabis », dévoile Christine Gosselin, conseillère de l’arrondissement du Plateau de Projet Montréal.

Pour elle, l’idée n’est pas d’interdire le cannabis à Montréal, mais de contrôler l’implantation des points de vente, en évitant les écoles.

« Théoriquement, il est possible pour un arrondissement de bannir la vente de marijuana, comme l’a fait Verdun avec les bars, mais ça n’est pas souhaitable puisque ça mettrait la pression sur les arrondissements alentour », ajoute Mme Gosselin.