/world/opinion/columnists
Navigation

Terreur nucléaire: des retrouvailles explosives!

Terreur nucléaire: des retrouvailles explosives!
Photo Archives AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les pires armes jamais créées – les bombes atomiques et nucléaires – font un retour fracassant dans l’actualité. Les Nord-Coréens prétendent avoir fait exploser au début du mois leur première bombe à hydrogène. Le président Trump évoque la « destruction totale de la Corée du Nord », vraisemblablement à l’arme nucléai­re. Et les Iraniens menacent de relancer leur programme militaire nucléaire si les États-Unis déchirent l’entente conclue sous Barack Obama. Back by popular demand !

Il régnait pourtant un si bel optimis­me lors de l’effondrement du mur de Berlin et de la chute de l’URSS. L’armement atomique apparaissait, à cette époque, comme une excroissance monstrueuse de la guerre froide au cours de laquelle deux idéologies, deux systèmes, deux puissances se faisaient face pour convaincre et conquérir le reste du monde.

Nous en étions presque venus à les oublier, ces armes de « destruction mutuelle assurée », tant nous sommes devenus obsédés, à juste titre, par ces islamistes – en groupe ou isolés – qui, à coups de bombes artisanales et de camions-béliers, tuent ou mutilent des innocents tout en ébranlant les piliers de l’hospitalité et de la tolérance de nos sociétés démocratiques.

Kim Jong-un, le jeune leader nord-coréen, a remis tout le monde au pas. Sa marche accélérée vers un arsenal nucléaire proprement nord-coréen nous rappelle qu’il y a, dans le fait de posséder la plus terrifiante de toutes les armes, plus qu’une volonté de devenir une superpuissance.

TOUCHE PAS À MES BOMBES !

Ça ne saute pas aux yeux, à entendre le ton des échanges entre Russes et Américains, mais les deux géants réduisent lentement, très lentement leur arsenal nucléaire dans le respect du traité New START en vigueur depuis 2011. Le hic, c’est qu’il y a un peu moins d’ogives, mais toujours plus d’argent investi dans ces programmes nucléaires.

SIPRI, l’acronyme du très crédible Institut international de recherche pour la paix de Stockholm, a fait le calcul en début d’année. Les neuf pays membres du sinistre club des puissan­ces nucléaires possèdent ensemble 14 935 ogives, 460 de moins qu’en 2016.

Une réduction que l’on doit essentiellement aux États-Unis et à la Russie qui, en passant, continuent de dominer les autres joueurs puisque détenant, entre eux deux, 93 % de toutes les armes nucléaires de la planète. Et ça ne risque pas de changer : Washington et Moscou investissent massivement sinon dans la multiplication des bombes, certainement dans leur modernisation et leur sophistication.

UN INVESTISSEMENT

QUI RAPPORTE QUOI ?

Selon les experts de SIPRI, les Américains planifient d’investir 400 milliards de dollars entre 2017 et 2026 pour garder leur arsenal à jour. Les Chinois ont un vaste programme pour améliorer la qualité de leur armement nucléaire. Indiens et Pakistanais veulent, chacun de leur côté, augmenter autant le nombre d’ogives que de missiles pour les porter. Et puis, il y a la Corée du Nord.

À quoi bon mettre autant d’argent dans un arsenal que personne n’espère utiliser ? La puissance militaire, bien sûr, mais le prestige aussi : l’Iran, en devenant la première puissance nucléaire chiite, verrait son influence décupler dans le monde musulman.

La grande bombe, c’est aussi l’arme ultime de survie. Mouammar Kadhafi, en Libye, aurait-il été lâché aussi vite s’il n’avait pas cédé, quelque temps plus tôt, l’expertise nucléaire que ses scientifiques avaient développée ?

La Russie aurait-elle envahi aussi cavalièrement la Crimée si l’Ukraine avait conservé l’arsenal nucléaire qu’elle avait hérité de l’Union soviéti­que ? À Pyongyang comme à Téhéran, on a compris que les choses peuvent dégénérer vite quand on désarme.

Des leçons qui ne s’oublient pas.

 

Répartition de l’armement nucléaire dans le monde

Pays            1er test nucléaire    Ogives actives   Autres ogives   Total en 2017

États-Unis                        1945                     1800                   5000               6800
Russie                              1949                     1950                   5050               7000
Royaume-Uni                   1952                      120                        95                215
France                              1960                       280                        20                300
Chine                                1964                                                   270               270
Inde                                   1974                                             20-130          120-130
Pakistan                            1998                                            130-140         130-140
Israël                                 1966                                                     80                 80
Corée du Nord                  2006                                                10-20            10-20
Total                                  4150                                               10 785          14 935


(SIPRI, Janvier 2017)

 

D’une explosion à l’autre

Août 1945             États-Unis              Little Boy (Hiroshima)      15 kilotonnes
Août 1945             États-Unis              Fat Man (Nagasaki)         21 kilotonnes
Mars 1954             États-Unis              Castle Bravo                         15 000 kT
Octobre 1961        Russie                   Tsar Bomba                          57 000 kT
Octobre 1967        Chine                     Test #6                                    3300 kT
Septembre 2017   Corée du Nord       (Bombe H ?)                             250 kT