/news/currentevents
Navigation

Un agriculteur meurt asphyxié dans son silo

Des proches lancent un appel à la prudence

Les pompiers de Saint-Bonaventure ont dû procéder à un sauvetage aérien pour extirper le corps du fermier Christian Labonté du silo de sa ferme.
Capture d’écran TVA Nouvelles Les pompiers de Saint-Bonaventure ont dû procéder à un sauvetage aérien pour extirper le corps du fermier Christian Labonté du silo de sa ferme.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-BONAVENTURE | Les proches d’un agriculteur tué par des émanations toxiques alors qu’il effectuait des travaux d’entretien sur un silo demandent aux autres fermiers de prendre les mesures de sécurité nécessaires pour protéger leurs vies.

Vers 6 heures, mardi matin, Christian Labonté, de la ferme C.C.M. de Saint-Bonaventure, près de Drummondville, est monté sur l’un des silos de l’entreprise afin d’effectuer des travaux d’entretien.

Au moment d’ouvrir la porte menant à l’intérieur du bâtiment de ferme, il a respiré des émanations toxiques et a fait une chute d’une quinzaine de pieds, dans le silo rempli d’environ 80 pieds de foin.

Voisin de longue date des Labonté, Stéphane Pouliot était à la fois triste et en colère d’apprendre le décès de son bon ami. Il souhaite que cette mort ne soit pas inutile et qu’elle serve à sensibiliser les agriculteurs québécois sur l’importance de la sécurité sur les fermes.

« On connaît tous les règles de sécurité, mais on fait quand même des choses qu’on ne devrait pas faire. On prend des risques pour sauver du temps, pour économiser un peu. C’est comme rouler à 120 km/h sur l’autoroute. La plupart du temps, il n’arrive rien, mais lorsqu’il y a un accident, on sait qu’on roulait trop vite », explique celui qui travaille à la ferme en compagnie de son père et de sa fille.

M. Pouliot redoublera de prudence à la suite de la mort tragique de son voisin, mais il sait que ces avertissements sont souvent oubliés rapidement.

La communauté sous le choc

Le décès de Christian Labonté a provoqué une onde de choc à Saint-Bonaventure. Il était un homme connu et apprécié dans la localité d’un millier d’habitants. La tragédie a été difficile pour les pompiers de Saint-Bonaventure, qui ont dû intervenir afin de retirer le corps du silo.

« Tout le monde connaissait Christian. C’est un bon travaillant, un gars toujours souriant. C’est très silencieux à la caserne aujourd’hui », affirme le directeur du service incendie, Sylvain Bellerose, la voix remplie d’émotion.

Résidant en face de la ferme des Labonté depuis 25 ans, Nicole Boisclair a immédiatement eu les larmes aux yeux lorsqu’elle a appris le décès de son ami. La présence et les gestes amicaux de son voisin lui manqueront.

« Je suis sans voix. C’était un gars que tout le monde aimait. Un gars travaillant. Il était à la ferme sept jours par semaine et ne prenait jamais de vacances », conclut-elle la voix tremblante.