/opinion/columnists
Navigation

Une terrible nouvelle

Junex
Photo courtoisie Jamais nous n’entendons l’enthousiasme des élus locaux qui pourtant sont presque tous favorables à ce développement, reconnaissant un potentiel économique dont la région ne peut pas se passer.

Coup d'oeil sur cet article

Il y aurait du pétrole en Gaspésie. Pire, il y a du pétrole en Gaspésie puisque certains sites sont déjà en production. Dans la région la plus pauvre du Québec, on découvre la présence d’une ressource qui a fait la fortune de plusieurs nations. Si vous avez lu sur le sujet depuis deux ou trois ans, vous n’aurez vu que des manchettes négatives.

Le Québec n’est pas une société distincte au Canada. Le Québec est une société distincte sur terre. Aucun autre peuple n’accueille comme une mauvaise nouvelle la présence de pétrole.

Même le Danemark exploite son pétrole. Les Danois, ces maniaques du vélo et champions de l’environnement ont réduit leur consommation d’hydrocarbures. Mais ils en ont découvert au large de leurs côtes et l’exploitent.

Ils utilisent moins de pétrole au total, mais celui qu’ils utilisent ne dépend pas de l’importation. Ils utilisent d’ailleurs les énormes retombées du pétrole pour investir dans leurs énergies renouvelables et préparer les énergies du futur.

Mille raisons de dire non

Pas au Québec. Ici, découvrir du pétrole est une mauvaise nouvelle. Cette semaine, Le Devoir mettait en garde concernant des explorations qui se feraient « aux limites » du Parc de la Gaspésie. Quelle terrible nouvelle ! Les environnementalistes devront s’en mêler ! Pourtant, cette étape très préliminaire des levées sismiques se fera à plus de 15 kilomètres des limites de ce Parc... dont la superficie est de 802 km² !

Relisez la revue de presse : il y a toujours une raison de stopper les travaux liés à la présence du pétrole en Gaspésie. Près d’un parc, près d’une zone habitée, près d’un cours d’eau, près d’un caribou, près d’un arbre, présences autochtones, malaise politique causé par les environnementalistes.

Jamais on ne voit quelqu’un sauter dans les airs comme un enfant qui vient de marquer son premier but au hockey en criant : « Nous avons du pétrole en Gaspésie ! » Jamais nous n’entendons l’enthousiasme des élus locaux qui pourtant sont presque tous favorables à ce développement, reconnaissant un potentiel économique dont la région ne peut pas se passer.

Peur des verts

Les élus municipaux se taisent. Ils donnent une approbation discrète parce qu’ils ne veulent pas être pris pour cible par les verts. Ils ne veulent pas avoir leur face sur les pancartes des soi-disant « militants » écologistes. Des groupuscules gardent les élus dans une sorte de terreur.

Junex et Pétrolia, les deux joueurs présents en Gaspésie, sont des entreprises québécoises qui veulent investir au Québec. Elles ont dépensé temps et argent pour connaître le territoire et son potentiel, même à une époque où personne n’y croyait. Mais personne n’oserait en parler en bien puisqu’elles sont dans le pétrole.

L’État québécois a mis des sommes colossales pour permettre l’ouverture de la cimenterie McInnis. Il fallait aider la Gaspésie. Est-ce imaginable que la Gaspésie devienne une région riche du Québec ?

C’est grâce au pétrole que Terre-Neuve, province pauvre jadis ridiculisée, est devenue l’une des provinces riches... qui paye pour le Québec.