/news/currentevents
Navigation

Sept-Îles: les parties ne s’entendent pas sur la peine à imposer à Donat Lizotte

Sept-Îles: les parties ne s’entendent pas sur la peine à imposer à Donat Lizotte
Photo d'archives, Emy-Jane Déry

Coup d'oeil sur cet article

SEPT-ÎLES | L'ex-chauffeur de taxi Donat Lizotte, reconnu coupable d’agression sexuelle jeudi, était de retour en cour, vendredi après-midi, au palais de justice de Sept-Îles, après que le juge eut donné 24 heures à la Couronne et à la défense pour s'entendre sur une suggestion commune relativement à la peine à imposer à l'homme de 74 ans.

Plusieurs membres de la famille de la victime étaient présents pour cette comparution, qui a été relativement courte.

La procureure aux poursuites criminelles et pénales Mélissa Hogan et l'avocat de Donat Lizotte, Michel Savard, ne se sont pas entendus au sujet de la peine qu'il devrait écoper. Ils auront une semaine pour préparer les observations sur la peine, qui ont été fixées à vendredi prochain.

Jeudi, il avait été question de la préparation d’un rapport présentenciel, ce qui aurait entraîné un plus long délai. L’avocat de Donat Lizotte a renoncé à cette étape, notamment parce son client n’a pas d’antécédents judiciaires et que, selon lui, le risque de récidive est faible.

Pour une telle infraction, Donat Lizotte risque une peine d’emprisonnement maximale de 10 ans. Il est fort probable que la procureure aux poursuites criminelles demande une peine d’emprisonnement ferme. Elle a annoncé jeudi qu’elle souhaitait qu'une peine substantielle soit imposée à Donat Lizotte, qui est toujours en liberté.