/world/usa
Navigation

Au moins 59 morts et plus de 527 blessés dans une fusillade, dont 2 Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

Un Américain sexagénaire a tué au moins 59 spectateurs, dont deux Canadiens, lors d’un concert extérieur dimanche soir à Las Vegas, commettant la pire fusillade de l’histoire moderne des États-Unis. La tuerie a fait plus de 527 blessés, selon le dernier bilan.

Perché dans un hôtel adjacent, surarmé, le tireur était un Américain blanc de 64 ans, Stephen Craig Paddock. Il s’est apparemment suicidé avant que les policiers l’atteignent.

Les enquêteurs ont retrouvé «plus de 18 armes à feu supplémentaires, des explosifs et plusieurs milliers de munitions, ainsi que des appareils électroniques que nous étudions en ce moment.»

Le tireur s’était minutieusement préparé à son attaque. Les policiers ont retrouvé 16 armes de calibres différents dans sa chambre d’hôtel, la plupart des fusils d’assaut, vraisemblablement transportées dans plus de 10 valises.

Certains fusils étaient équipés de lunettes et son véhicule contenait du nitrate d’ammonium, un engrais qui peut servir à fabriquer des explosifs. À son domicile, un véritable arsenal, comprenant des explosifs, a ensuite été découvert.

Photo AFP
Photo AFP

Le profil de Stephen Paddock est très éloigné des recrues traditionnelles du groupe État islamique qui affirme que cet Américain retraité était l’un des ses «soldats» et s’était converti à l’islam «il y a quelques mois».

«Un soldat du califat (Abou Abdelberr l’Américain), que Dieu l’accepte, muni d’armes automatiques et de munitions diverses a, depuis un hôtel donnant sur un concert de musique, ouvert le feu sur un de ces rassemblements, faisant 600 morts et blessés, jusqu’à l’épuisement de ses munitions, avant de tomber en martyr», a indiqué lundi l’ÉI dans un communiqué.

Bien que le groupe État islamique ait revendiqué la tuerie, le FBI affirme qu’il n’y a pas de lien «jusqu’à présent» avec une organisation terroriste.

 

Source: Google Earth

 

Une Albertaine est morte lors de la tuerie, a rapporté CTV News, lundi, même si le ministre fédéral de la Sécurité publique avait dit plut tôt qu’il n’y avait aucun Canadien parmi la cinquantaine de morts.

Selon CBC, un Canadien de 23 ans originaire de la Colombie-Britannique ferait également partie des victimes.

 

Visite de Donald Trump mercredi

Le président Donald Trump, lors d’une déclaration à la Maison-Blanche en milieu de matinée, n’a fait aucun commentaire sur l’état de l’enquête, consacrant son allocution à un appel à l’unité de la nation. Il se rendra mercredi à Las Vegas.

«Notre unité ne peut pas être brisée par le mal, nos liens ne peuvent pas être défaits par la violence et, bien que nous ressentions de la colère face à l’assassinat insensé de nos compatriotes, c’est l’amour qui nous définit aujourd’hui», a-t-il déclaré, sans répondre aux questions de la presse.

 

«Nous prions en attendant le jour où le mal sera banni, et où les innocents seront protégés de la haine et de la peur», a dit, sombre, le dirigeant.

Le bilan dépasse celui de la boîte gaie d’Orlando en juin 2016, quand 49 personnes avaient été assassinées.

Au moins 515 festivaliers blessés ont été transportés dans les hôpitaux débordés de cette ville du Nevada, capitale du jeu et du divertissement, dans le désert. Le bilan, a précisé le shérif Joseph Lombardo au petit matin, est provisoire.

Stephen Paddock s’était installé au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, massif établissement visible des quatre coins de Las Vegas, et qui offrait une vue imprenable sur le festival de musique country «Route 91 Harvest».

Longues rafales

Des images amateures montrent l’incrédulité puis la panique parmi les 22 000 spectateurs alors présents, alors que le chanteur Jason Aldean se produisait sur scène, vers 22 h 08.

 

De longues et terribles rafales sont audibles. Entre les tirs, des gens tentent une échappée, sautant comme ils le peuvent des barrières. D’autres se couchent à plat ventre, certains protégeant de leurs corps les plus vulnérables.

Les mobiles du tireur sont inconnus à ce stade. Dans la nuit, la police s’était refusée à évoquer la piste terroriste.

Stephen Paddock, 64 ans, habitait la ville de Mesquite, 18 000 habitants, située à quelque 120 kilomètres de Las Vegas, toujours dans le Nevada.

Initialement, le shérif de Las Vegas avait déclaré que ses hommes avaient «abattu le suspect», mais les autorités croient désormais que l’homme s’est suicidé. Il a déclaré que plus de dix fusils avaient été retrouvés dans sa chambre d’hôtel.

La police avait dans les heures suivant la fusillade lancé un avis de recherche pour la compagne du tireur, une femme nommée Marilou Danley. Elle a finalement été localisée à l’étranger, sans précision du pays.

«Nous lui avons parlé et nous ne pensons pas qu’elle soit impliquée», a déclaré le shérif Lombardo.

«Au-delà de l’horreur»

Dans un message sur Instagram, le chanteur Jason Aldean a indiqué que son groupe et lui étaient sains et saufs. «La soirée a été au-delà de l’horreur», a-t-il écrit.

 

«Ça a commencé comme un bruit de verre brisé. On a regardé autour de nous pour savoir ce qui se passait. Quelques minutes plus tard, on a entendu pop-pop-pop-pop. On a pensé que c’était des feux d’artifice ou des pétards. Et on a réalisé que ce n’était pas le cas, que c’étaient des coups de feu», a raconté une spectatrice, Monique Dekerf à la chaîne CNN.

Le son des rafales ressemble à celui émis par les armes automatiques, où un tireur peut garder son doigt appuyé sur la détente pour continuer à tirer de façon continue. Ces armes sont interdites depuis les années 1930 aux États-Unis, mais les versions semi-automatiques, où il faut relâcher la gâchette entre chaque balle, sont autorisées à la vente.

Le Nevada a l’une des législations les plus permissives aux États-Unis pour la vente d’armes.

Plusieurs lieux de concerts ou de divertissements ont été la cible de fusillades dans les années récentes.

Il y a eu la fusillade du club Pulse à Orlando, en juin 2016 (49 morts).

À Paris, en novembre 2015, un concert des Eagles of Death Metal avait été visé par un attentat dans la salle du Bataclan (90 morts).

Plus récemment, le 22 mai 2017, 23 personnes avaient été tuées lors d’un spectacle de la chanteuse américaine Ariana Grande dans la ville britannique de Manchester.

Plusieurs dirigeants étrangers ont réagi à la tragédie, notamment la première ministre britannique Theresa May et le président français Emmanuel Macron. «Pensée émue pour nos partenaires et amis américains qui ont eu à subir la violence contemporaine à #LasVegas il y a quelques heures», a-t-il écrit sur Twitter.