/opinion/columnists
Navigation

Un pays au bord de la crise de nerfs

Coup d'oeil sur cet article

Savez-vous à quoi je pensais en regardant les terribles images en provenance de la Catalogne, hier ?

À Z, le chef-d’œuvre de Costa-Gavras sur la dictature des colonels en Grèce.

Des citoyens pacifiques qui se font matraquer pour leurs idées politiques, un État prêt à tout pour réprimer la contestation, des bureaux de vote fermés par des flics...

Le seul hic est que la fable politique de Costa-Gavras se déroulait en 1969, alors que nous sommes en 2017.

LE FANTÔME DE FRANCO

Pour paraphraser la célèbre expression : « On peut sortir le pays de la dictature, mais on ne peut pas sortir la dictature du pays... »

Franco est peut-être mort en 1975, mais son fantôme hante toujours l’Espagne.

L’Espagne a vécu 36 ans sous le régime franquiste. Si celui-ci s’est effondré, ce n’est pas parce qu’il a été renversé, mais parce que Franco est mort de sa belle mort.

On ne sort pas indemne d’un aussi lourd héritage. Veut, veut pas, il en reste des traces.

Après la disparition de Franco, l’Espagne a mordu dans la vie à belles dents, comme un homme qui se réveille subitement après avoir passé plus de trois décennies dans le coma.

C’était ce qu’on a appelé la movida, une explosion culturelle et artistique sans équivalent dans l’histoire de l’Espagne.

Libérée de la chape de plomb catholique qui étouffait littéralement le pays, la jeunesse espagnole découvrait – enfin – le hard rock, le punk, le pop art et les films déjantés et hypercolorés de Pedro Almodovar.

Après le gris, place au jaune, au rouge, à l’orange !

Place à la drogue, au blasphème, au travestisme, aux partouzes !

LE BOURREAU BAT LA MESURE

Mais Franco n’avait pas que des ennemis. Une partie de l’Espagne se reconnaissait dans ce militaire qui n’hésitait pas à utiliser les méthodes dures pour « lutter contre le chaos » et « protéger les traditions » de son pays.

Comme le chantait Léo Ferré dans Franco la muerte : « L’heure n’est plus au flamenco / Déshonoré Mister Franco / Nous vivons l’heure des couteaux...

“Que t’importent les procédures / Qui font des ombres sur le mur / Quand le bourreau bat la mesure...”

C’est cette Espagne-là qu’on a vue à l’œuvre, hier. L’autre Espagne, pas celle – iconoclaste et libératrice – d’Almodovar, mais celle du général.

Comme m’a dit Joseph Facal il y a quelques jours : la démocratie est encore jeune, en Espagne. Donc, fragile.

C’est la même chose en Russie... Beaucoup de Russes nostalgiques du Grand Empire n’ont jamais digéré l’accession à l’indépendance de l’Ukraine.

SE TIRER DANS LE PIED

Ce qui est idiot, c’est que les Catalans étaient plus nationalistes que séparatistes.

Madrid avait tout à perdre à utiliser une telle force.

Aujourd’hui, les séparatistes catalans ont la sympathie de centaines de millions de gens qui, hier encore, ignoraient tout de leur combat.

Il y a un vieux proverbe espagnol qui va comme suit : “Más vale ruin asno, que ser asno.”

“Mieux vaut un mauvais âne que de faire l’âne.”

La Catalogne était le “mauvais âne” de l’Espagne. Mais Madrid a préféré faire l’âne devant les caméras du monde entier.

Mala idea.