/news/politics
Navigation

Violences en Catalogne: les grandes démocraties ont leur part de responsabilité, croit Lisée

Jean Francois Lisee
Photo d'archives, Simon Clark Le chef péquiste, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, reproche aux «grandes puissances démocratiques» d’avoir «autorisé» la violence envers les électeurs dans le cadre du vote pour la souveraineté de la Catalogne, en Espagne.

«Le silence des démocrates a donné un chèque en blanc à Madrid», a indiqué M. Lisée, lors d’un point de presse, lundi matin.

Selon lui, le «refus absolu» de négocier par Madrid, et l’absence d’intervention des autres démocraties a mené aux violences observées un peu partout en Catalogne le jour du vote.

Plus de 800 électeurs et manifestants ont été blessés à la suite d’interventions musclées de la police espagnole, laquelle a également saisi des urnes pour empêcher un vote sur l’indépendance de la Catalogne considéré comme illégal par Madrid.