/opinion/columnists
Navigation

Et si Huntington avait raison ?

Samuel Huntington
Phoot AFP Huntington voyait monter un choc violent entre les sociétés occidentales et les sociétés musulmanes

Coup d'oeil sur cet article

En 1996, Samuel Huntington, professeur à Harvard, aujourd’hui décédé, publia son ouvrage Le choc des civilisations.

Son idée centrale : « Dans ce monde nouveau, les conflits les plus étendus, les plus importants et les plus dangereux n’auront pas lieu entre classes sociales, entre riches et pauvres, entre groupes définis selon des critères économiques, mais entre peuples appartenant à différentes entités culturelles. »

Huntington voyait monter un choc violent entre les sociétés occidentales et les sociétés musulmanes.

Charia

Inutile de dire que le livre souleva une immense controverse qui n’a jamais vraiment cessé.

Pessimiste, Huntington prenait le contre-pied de l’angélisme des adeptes du vivre-ensemble multiculturel, où le rose a toujours été la couleur la plus vendue.

Quand un message déplaît, le messager y goûte.

Revenons maintenant au temps présent. Vous avez évidemment entendu parler de la charia.

La charia, c’est l’ensemble des règles et des normes censé gouverner le comportement public et privé des musulmans.

Présumées d’origine divine, ces règles font souvent office de droit.

Certaines des punitions que leur non-respect peut entraîner sont fort connues : lapidation, mains coupées, coups de fouet, etc.

Évidemment, comme le Coran dit tout et son contraire, leur application est extraordinairement variable selon les endroits et les époques.

Il reste que, fondamentalement, beaucoup croient que ces préceptes sont d’origine divine, donc difficiles à remettre en question et plus importants que de simples lois humaines.

En 2013, le PEW Research Center a mesuré, dans divers pays, les pourcentages de musulmans qui pensent que la charia – dans ses diverses versions – devrait être « la loi officielle » de leur pays.

Voici quelques pourcentages : Afghanistan (99 %), Irak (91 %), Territoires palestiniens (89 %), Niger (86 %), Malaisie (86 %), Égypte (74 %).

Même en Indonésie, le pays où se trouve la plus grande population musulmane au monde, souvent présenté comme un exemple d’islam souple, 72 % de la population dit vouloir que la charia soit le cadre juridique officiel du pays, et les lois qui s’en inspirent sont en forte augmentation.

Avec des majorités qui pensent ainsi, imaginez le combat que livrent ceux et celles qui rament en sens contraire dans ces pays.

En Tunisie, le président Essebsi vient de demander au Parlement d’abolir la loi officielle, d’inspiration islamique, qui prévoit que chaque fille reçoit la moitié de ce que reçoit chaque garçon quand un héritage est partagé.

Il a soulevé une énorme tempête.

Fossé

Quand des gens qui croient, dans de telles proportions, qu’une société devrait reposer sur des fondements religieux viennent vivre en Occident, pensez-vous que, par enchantement, ils se convertissent facilement à nos façons de voir ?

Imaginez le fossé culturel à combler pour construire des ponts entre leurs points de vue et les nôtres.

Je ne dis pas qu’Huntington avait raison. À regarder aller le monde, je dis qu’il est possible qu’il ait eu raison, ce qui n’annonce rien de bien réjouissant.