/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Les libéraux ont entendu le message, vraiment?

Les libéraux ont entendu le message, vraiment?
Caricature d'YGreck

Coup d'oeil sur cet article

La dégelée sans précédent dans Louis-Hébert a créé une onde de choc au sein du Parti libéral du Québec. Parmi les 45 000 électeurs éligibles à voter, seulement 4433 ont accordé leur confiance à Ihssane El Ghernati du PLQ. 

Il est clair que l’on ne peut pas attribuer la défaite (ou la victoire de la CAQ, c’est selon) à un seul facteur. J’en ai évoqué plusieurs mardi dans ma chronique d'analyse des résultats de Louis-Hébert.

Quel message?

Questionnés à leur arrivée à l’Assemblée nationale, plusieurs élus, dont le premier ministre, ont souligné avoir compris le message lancé par les électeurs de Louis-Hébert, mais ils étaient incapables de nous dire de quel message il s’agit.

Deux députés du PLQ ont émis l’hypothèse que la commission portant sur le racisme systémique ne passait pas bien dans la région de Québec :

«Les gens ont un malaise. Ils comprennent peut-être mal où on s’en va.» — Patrick Huot, député libéral de Vanier-Les Rivières.

Un autre élu est allé encore plus loin sur ladite commission :

«Ce n’est pas une priorité dans le milieu francophone» et «Nous, ça ne passe pas» — Michel Matte, député libéral de Portneuf

Ce qui semble être une évidence pour plusieurs ne l’est pas pour les membres du conseil des ministres.

L’énigmatique ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, lui-même député de Charlesbourg, croit qu’il faut mieux communiquer pour regagner la confiance des électeurs. Le problème, selon cette logique, ne serait pas le gouvernement libéral, mais bien la compréhension des citoyens?

Pour la ministre responsable de l’immigration, Kathleen Weil, elle n’a aucunement l’intention de mettre fin à cette mascarade. Elle persiste et signe tout comme son chef, Philippe Couillard.

Réagissez les libéraux

À trop vouloir faire plaisir à leur base immigrante, le PLQ va se couper totalement des électeurs «de souches». Ce n’est pas en brassant les cartes par un remaniement ministériel ou en distribuant quelques millions à gauche et à droite que le PLQ regagnera l’affection du public.

Ils doivent reconnaitre que ce multiculturalisme extrémiste, ça ne passe pas. Un des premiers gestes est d’annuler la commission portant sur le racisme systémique. Une faute avouée serait à demi pardonnée. Bien sûr, les immigrants seront déçus, peut-être même en colère, mais ils voteront libéral. Pourquoi ne serait-ce pas le cas? C’est ainsi depuis l’arche de Noé.

Le PLQ n’a que 12 mois pour effectuer un virage à 180 degrés. Les députés libéraux de la région de Québec sont lucides et ils savent que dans la population, ça ne passe pas. Ils sont également conscients que ce ne sont pas ces ministres montréalais qui paieront le prix et qui perdront «leur job» en octobre 2018. Le bras de fer est commencé à l’interne.