/finance/pme
Navigation

Une idée de « rendez-vous » qui paie

Chronometriq s’implante dans les cliniques médicales du Québec et de l’Ontario

Clinique du Quartier Latin
Photo chantal poirier Yan Raymond-Lalande et Rémi Richard sont à la tête de Chronometriq.

Coup d'oeil sur cet article

Deux jeunes entrepreneurs québécois viennent de lancer un service de gestion de rendez-vous en ligne pour les cliniques médicales. Une idée de start-up qui a rapidement attiré le regard des financiers du numérique.

L’entreprise spécialisée dans la prise de rendez-vous en ligne Chronometriq vient d’obtenir un financement de 3,5 M$ de Bridgescale Partners, une firme de risque californienne, pour prendre de l’expansion au Canada et aux États-Unis.

Qui aurait pensé qu’un simple fâcheux événement familial du fondateur Rémi Richard aurait donné lieu à la création d’une entreprise techno !

Il y a six ans, lorsque le père de Rémi s’est blessé en défonçant son quai, il s’est retrouvé dans une clinique médicale sur la Rive-Sud de Montréal. Après cinq heures d’attente, il a téléphoné à son fils pour lui dire « qu’il payerait bien 20 $ à la secrétaire médicale pour qu’elle l’appelle à la maison quand son tour sera arrivé ».

Après l’événement, Rémi et son coloc Yan Raymond-Lalande se rappellent qu’ils cherchaient une idée pour aller plus loin avec leur entreprise de création de sites web, Obliq Média.

Plus d’un an d’effort

Ce fut 18 mois de galère pour mettre le projet sur pied, avec une carte de crédit pleine et quelques achats catastrophiques. Mais en juin 2012, une clinique de Rivière-des-Prairies achète leur premier produit : la prise de rendez-vous en ligne. S’ajouteront les rappels automatisés et la borne médicale libre-service.

Cinq ans plus tard, Chronometriq est présente dans plus d’une centaine de cliniques, au Québec et en Ontario, et a rejoint quelque 1,2 million de clients en 2016. « Libérons le patient » est devenu leur slogan.

6000 cliniques

Chronometriq vise désormais les 6000 cliniques où leur tout nouveau partenaire national, Telus Santé, est déjà présent, dans la gestion informatisée des dossiers médicaux.

Selon Chronometriq, si 90 % des citoyens souhaitent prendre leur rendez-vous en ligne, seulement 4 % des cliniques offrent ce service pour l’instant. Le marché est donc énorme. « Notre prétention est de dominer le Canada. Puis de lever 50 M$ l’an prochain pour aller sur le marché américain », dit Rémi. Les deux jeunes entrepreneurs, qui n’ont pas encore 30 ans, disent ne pas carburer à l’argent, mais veulent « révolutionner le secteur de la santé ».

Chronometriq

  • Domaine d’affaires : Services informatisés
  • Actionnaires : Rémi Richard, Yan Raymond-Lalande, Bridgetscale
  • Nombre d’employés : 35
  • Siège social : Montréal