/news/currentevents
Navigation

Une chauffeur agresseur clame son innocence

La victime de 17 ans s’est par la suite donné la mort

Donat Lizotte
Photo d'archives, Emy-Jane Déry Donat Lizotte

Coup d'oeil sur cet article

SEPT-ÎLES | Un chauffeur de taxi de la Côte-Nord qui a agressé sexuellement une ado, qui s’est par la suite suicidée, a déclaré en cour vendredi que s’il l’avait violée, il serait allé la porter au bout du quai.

Donat Lizotte, 73 ans, a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur une ado de 17 ans. Selon la preuve dévoilée au procès, Lizotte a conduit la jeune fille dans un endroit isolé de Sept-Îles avant de l’agresser dans son taxi au début de 2015.

Au procès, il avait tenté de se défendre en disant qu’il ne pouvait plus avoir d’érection. Pourtant, son sperme avait été trouvé sur la victime. La défense avait tenté de dire qu’il se trouvait sur le siège passager du taxi, une version que le juge n’a pas crue.

Au poste de police

Vendredi, lors des représentations sur la peine, Lizotte s’est adressé au juge et a de nouveau nié avoir agressé l’adolescente.

« Si je l’avais violée, je n’aurais pas été la porter au poste de police comme je l’ai fait. En plus, elle riait. Si je l’avais violée, j’aurais été la porter au bout du quai », a répondu Donat Lizotte.

Cette déclaration a jeté un froid dans la salle où plusieurs membres de la famille de la victime se trouvaient.

La tante de la victime s’est également fait entendre. « Il n’y a aucune peine qui va nous la rendre », a-t-elle déclaré, à la barre des témoins.

« Toute la famille est psychologiquement affectée », a poursuivi la tante, en rappelant que certains des jeunes frères et sœurs de la victime ont aussi tenté de mettre fin à leurs jours depuis les événements.

Grand sourire

À la sortie de l’audience, Donat Lizotte s’est présenté devant les médias avec un grand sourire en envoyant la main aux caméras.

« On voit de quel genre de personne il s’agit », a réagi la tante de la victime.

La Couronne a suggéré une peine d’emprisonnement de quatre ans, alors que la défense a proposé une sentence de deux ans moins un jour. Le juge prononcera la sentence le 10 novembre prochain, au palais de justice de Sept-Îles.